Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 07:05

Titanus-distribuzione-copie-1.JPG

 

sergio-leone-presenta-chien-copie-1.JPG

Sergio Leone, après les monuments Il était une fois dans l'Ouest et Il était une fois la révolution, revient à un cinéma moins lyrique et, faussement, plus léger, avec ce singulier western, "Mon nom est personne",

 

mon-nom-est-personne.JPG

 

dont il laissera l'intendance à un de ses adjoints, Tonino Valerii, qui fut un de ses assistants réalisateurs dans la Trilogie du $.

La scène d'ouverture, spécialité de maître Leone, ressemble, dans sa construction, comme deux gouttes d'eau à celle d'Il était une fois dans l'Ouest,  exposant, solennellement, la problématique du film, qui tournera autour du fardeau de la célébrité, dont voudra s'extirper, Jack Beauregard/Henry Fonda.

 

fonda-blue-eyes.JPG

Ici, ce n'est pas dans une gare perdue en plein désert, mais dans un village campagnard, que trois outlaws, voulant défier ce pistolero de Beauregard, vont se ramener, avec cet art du portrait, chez le maître italien, qui donne un tempo "pianissimo",

outlaw.JPG

fixant ces visages mal rasés, 

young-outlaw-nobody-personne.JPG

et ces outlaws aux yeux bleus, 

 

outlaw-face-nobody.JPG

le bleu, qui sera le fil conducteur chromatique du film !

Ici, ce n'est pas une "femme à sa fenêtre", procédé narratif que Leone stigmatisait comme inutile, mais un enfant, qui de ses quelques années, aperçoit, le premier, ce trio de "traîne-savate".

young-boy-windows-nobody.JPG

Chez ce barbier maîtrisé,

barbier-barber-nobody-personne.JPG

 

dans un silence de cathédrale, c'est Steve Kanaly, futur Ray Krebbs, dans la série culte Dallas

kanaly-krebbs-personne.JPG

qui va essayer de duper Jack Beauregard, comptant y faire son affaire avec une lame de rasoir bien affûtée !

 

rasoir-razor-beauregard-fonda.JPG

Mais Beauregard n'est pas né de la dernière pluie, et la gâchette américaine aura sa barbe faite, à l'aide d'un Colt bien placé, 

 

colt-gun-personne.JPG

dans un singulier silence, 

 

young-sleeper-personne-nobody.JPG

 

outlaw-cow-nobody-personne.JPG

 

et une attente oppressante,

duel-mon-nom-est-personne.JPG

qui se résoudra dans un duel final vite réglé, par un Beauregard enfin rasé !

 

duel-mon-nom-est-personne-beauregard.JPG

Scène d'ouverture interminable et emphatique, dont Leone a le secret, sans dialogue, avec une caméra qui portraitise des personnages immobiles, qui se meuvent, parfois, dans une langueur monotone, tableaux ponctués par des bruits prosaïques, ici le caquètement d'une poule, là le son d'une lame sur une peau mal rasée. Mais ici, la scène d'ouverture posera le paradigme du pistolero, homme seul et sans famille, au prise avec des cow-boys belliqueux, prêts à tout pour se mesure à une légende de l'Ouest !

Scène d'ouverture, clin d'oeil à Il était une fois dans l'Ouest, à laquelle succède un autre passage, au registre plus comique, contraste typique du western italien, qui peut passer du tragique à la comédie sans barguigner ! C'est Personne/Terence Hill,

 

terence-hill-face-personne.JPG

 

acteur sur-signifié par son rôle de Trinita, facétieux héros du western spaghetti, qui indique que "Mon nom est personne", naviguera aux frontières de la comédie, registre qui déplaît souvent aux fans du pur western classique hollywoodien !

Jack Beauregard, un nom qui sied bien aux yeux océans d'Henry Fonda, qu'aimait tant Leone

beauregard-fonda-face.JPG

et le curieux Personne, aventurier odysséen, vont se croiser autour d'un poisson, 

 

terence-hill-fish-river-nobody-personne.JPG

puis dans un saloon où le prodigue individu, 

 

beauregard-terence-hill-bombe-personne.JPG

en mangeant son plat d'haricots, et au grand étonnement de Beauregard

fonda-beauregard-bombe-bomb-saloon.JPG

se fait le dépositaire de l'histoire mouvementée et plombée, du vieux pistolero

Tout le film va alors tourner entre la relation Personne//Beauregard, entre le maître, fatigué, 

fonda-beauregard-personne.JPG

et l'élève admiratif, 

terence-hill-yeux-bleus-personne.JPG

dans un numéro de duettistes et une floraison de bons mots qui finiront par deux trous dans un chapeau, 

hill-hat-fonda-hole.JPG

et une complicité nouvelle, face à une "horde" très "Pékine Païenne",

hill-fonda-personne-beauregard.JPG

hommage de l'italien au vieux borgne américain, qu'était Sam Peckinpah, apôtre défroqué du réalisme westernien et esthète d'une violence qui rompra avec le style classique. Autour du mano à mano Personne//Beauregard, vont alors se déployer des personnages pittoresques, comme l'Anguille

anguille-cow-personne.JPG

grotesque cow-boy qui sera vite le faire-valoir de Terence Hill, dans la fameuse scène du "tirage" des verres à whisky, 

small-glass-personne-nobody.JPG

et donnera l'occasion au facétieux Personne de ridiculiser un homme de main, 

comic-duel-personne-nobody.JPG

du méchant et retors Jean Martin,

personne-martin-nobody-boss.JPG

qui tentera de soudoyer, en vain, le bon samaritain !

hill-eyes-personne-nobody-blue.JPG

Action, alors, qui va tomber dans un délire réjouissant, relevant des pieds nickelés, avec un Personne s'en donnant à coeur joie, 

 

hill-personne-mirror.JPG

 

distribuant gifles et gnons à tire-larigot, pour le plus grand plaisir du spectateur, sous le regard hilare d'un vieux marigot !

old-man-laugh-lol-personne.JPG

Un Personne aussi leste avec ses poings qu'avec sa langue, capable de narrer, avec expressivité, 

 

fable-oiseau-bird-personne-hill.JPG

la fable du coyote et de l'oisillon,

 

hill-bird-personne-oiseau.JPG

ravissant un auguste public, 

 

fonda-hill-old-man-personne.JPG

avec ce petit vieux, à la ganache incroyable, américain retraité, qui vivait dans la région d'Almeria, où fut tournée le film !

old-man-barbu-personne.JPG

Typique du cinéma italien, capable de traiter de sujets graves avec une légèreté pétillante, Leone alterne entre le grand guignol et la réflexion quasi philosophique, brodant autour des affres de la célébrité, fardeau que ne peut plus supporter un Jack Beauregard fatigué, 

 

fonda-blue-eyes-personne.JPG

et dont rêve le facétieux Personne !

 

hill-face-personne-blue-eyes.JPG

Une dernière fois, le vieux cow-boy épuisé, donnera un dernier récital, 

 

fonda-sniper-personne.JPG

sous le regard malicieux du roué Personne

hill-siffle-personne.JPG

qui roula un  conducteur de train fellinien !

man-train-pipi-personne.JPG

Seul contre la Horde, Leone, dans une orgie d'explosion, 

 

horde-fonda-personne.JPG

narre le dernier baroud d'honneur du futur retraité, qui se finira autour d'un bon plat de ...fayots !

fonda-fayot-bean-personne.JPG

hill-bean-personne.JPG

Il restera à scénariser le dernier duel, Personne

personne-blue-eyes-leone-hill.JPG

contre Beauregard

fonda-duel-personne.JPG

match arrangé, sous l'oeil des photographes, pour permettre au vieux Jack, d'enfin disparaître,

jack-beauregard-nobody-personne.JPG

pour une retraite bien méritée, 

beauregard-fonda-marin-leone.JPG

laissant à Personne

hill-personne-duel-leone.JPG

le soin de se taper des faux barbiers, 

barber-barbe-hill-personne-nobody.JPG

qu'il neutralisera à sa façon ...

hass-cul-personne-nobody.JPG

Western réjouissant, entre farce et conte philosophique, Leone nous amène sur les rivages janusiens de la comédie à l'italienne, dans un western délirant qui tranche de sa production précédente. Bourré de clins d'oeil cinéphiliques, de la tombe d'un certain Peckinpah à la scène d'ouverture très "Il était une fois ...", agrémenté de portraits pittoresques, qui font de Leone un Titien prosaïque, le maître italien, au travers des regards bleus du duo Hill//Fonda, évoque les relations entre la grande et la petite histoire, la fascination de la célébrité et la construction de la réalité par les médias. Henry Fonda, en pistolero fatigué, nous brosse un Jack Beauregard lucide et désabusé, amusé par le brio d'un Personne, lutin admiratif qui veut surpasser le maître. Ce film sur les affres de la célébrité, métaphore sur la fin du western hollywoodien, aux héros positifs et aux messages moralisateurs, est à comparer au crépusculaire Le dernier des géants, de Don Siegel, avec John Wayne, qui traite du même thème avec une approche beaucoup plus classique.

Avant de mirer l'histoire du coyote et de l'oisillon, répondez à ce QUIZZ sur Terence Hill.

 

 


 







 


 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Western italien
commenter cet article

commentaires

Lise 03/11/2010 00:38


Bonjour, merci votre commentaire laissé sur l'article se rapportant au dc du réalisateur de Bonnie and Clyde...J'ai pu constater que vous étiez amateur de film western...C vrai qu'il y en a de bons
et célèbres...Bien amicalement et au plaisir @+ lisemary (Blog "Newsdays" sur Over-Blog)


ADSBdeSANNOIS :0059: 17/10/2010 01:44


Bonjour Tietie,

Le voyage aux USA est terminé, je suis rentré en France depuis 3 jours. Merci de ton passage sur mon blog pendant mon absence.

Bon dimanche, @+ Marc