Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 14:44
no-country-old-men.JPG

 

En 2007, les frères Cohen, Joël et Ethan, sortent un polar tiré d'un roman de Cormac McCarthy, No country for old men.

Dans la ligné d'un Plan simple, de Sam Raimi, ancien collaborateur des célèbres frères, No country narre la rencontre, improbable, dans le désert, entre un texan chasseur, Llewelyn Moss,

 

cow-boy.JPG

et quelques cadavres de narcos, qui se sont entretués,lors d'un deal qui a mal tourné !

cars.JPG

Beaucoup de cocaïne, mais pas d'argrent !

 

drug-coco-narcos.JPG

 

Moss, qui n'a pas perdu son sens de chasseur, suit des traces sanglantes, 

 

white-hat.JPG

d'un des narcos, qui s'est abrité sous deux arbres solitaires, 

money-arbre.JPG

occis par une balle. Un sac plein de dollars, 

 

money-dollars.JPG

repose auprès du narcos mort !

 

shoes.JPG

En parallèle, un autre personnage, curieux et inquiétant, Anton Chigurh,

bardem-murder.JPG

 

sème la mort sur les routes avec une singulière arme !

 

bardem-car.JPG

Les deux protagonistes vont se croiser un peu plus tard, avec un Moss qui, plein de remords, va, la nuit, refaire un tour sur les lieux du massacre, se faisant prendre en chasse par des potes des narcos, 

 

survivor.JPG

et un Chigurh, engagé par les narcos, pour récupérer l'argent, aidé par un petit émetteur caché dans le sac bourré de talbins,

 

Bardem-javier.JPG

un course-poursuite arbitré par un shériff fatigué, joué par Tommy Lee Jones.

 

jones-sherif-eyes.JPG

Commence alors un "road movie" à travers le sud des USA, entre un Moss qui fuit la probable vengeance des narcos marris, et un Javier Bardem, psychopathe imperturbable, qui traîne sa grande carcasse sur les routes désertes,

 

66.JPG

effrayant des vieux pompistes, 

 

66-oil-country-old-man.JPG

trucidant, au hasard, des routiers texans, 

 

bardem-farmer.JPG

 

s'arrêtant dans des motels fatigués,

 

regal-motel.JPG

à la recherche de l'argent perdu !

 

riot-gun-bardem.JPG

Les films des frères Cohen narrent souvent des destins d'homme du peuple, confrontés à des situations extraordinaires, infra-histoires qui comme l'Ecole des Annales, s'éloignent des sommets étatiques et des grands hommes pour s'attacher à la vie des gens ordinaires, des flics d'un petit bled du Montana, dans Fargo, à un coiffeur mourant d'ennui, dans The Barber, en passant par Arizona Junior ou The Big Lebowski. Chez les Cohen, il y a toujours ce tissu prosaïque de la triviale et monotone réalité qui se déchire avec l'arrivée de personnages inquiétants, les tueurs tarés de Fargo ou  ce serial-killer d'Anton Chigurh, psychopathe au sourire inquiétant, 

 

bardem-smile.JPG

qui traque sans relâche ce brave texan de Moss, dépassé par l'argent qu'il a trouvé, par hasard, et qui fait oeuvre de ce bon sens, communément partagé, pour échapper à la justice "chigurhienne" !

 

light-country.JPG

Mais Bardem, bras armé des narcos, imperturbable dans sa démarche macabre, ne pourra être arrêté par personne, ni par les flics, fatalistes et impuissants, 

 

cops.JPG

ni par la mafia, qui engage un autre tueur pour récupérer le magot !

cow-boy-hospital.JPG

L'histoire des Coen n'est en fait qu'un prétexte pour naviguer sur les routes de la frontière mexicaine, peuplées de petites gens qui fleurent bon l'Amérique profonde, 

farmer-bardem.JPG

victimes de la fureur tranquille d'un Chigurhqui plus que l'argent, se fait le bras armé d'une sorte de justice presque divine, frappant, implacablement, tous ceux qui lui résistent ou se mettent au travers de sa route !

 

driver.JPG

Il restera cet épicier ahuri qui jouera sa vie à pile ou face, sans savoir que la mort était là, mais que son jour n'était pas encore arrivé !

grocery.JPG

Film quatre fois oscarisés, devant beaucoup à l'interprétation halluciné de Javier Bardem, No country s'inscrit dans la vision désanchantée qu'ont les Coen de cette Amérique consumériste et matérialiste, rongée par la cupidité et l'argent, ce dollar tout puissant qui a dévoyé les valeurs altruistes, rompu les solidarités humaines, projetant les individus dans des destins chaotiques qu'ils ne maîtrisent pas. No country renoue, aussi, avec le genre du "road movie", dans ces paysages d'une immensité infinie, renforçant cette impression d'humanité impuissante, face au "fatum" implacable, qui dirige le monde !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article

commentaires

Platinoch 16/11/2010 14:28


Excellent film des frères Coen, beaucoup plus sombre que de coutume. Sorte de western moderne, brocardant comme tu le dis les dérives d'une société rongée par la corruption et l'appat du gain.
Bardem y est génial. Tommy Lee Jones également!


tinalakiller 17/10/2010 11:43


4 oscars franchement mérités !


dominique 04/10/2010 11:07


Quand je pense que Javier Bardem m'a fait peur dans ce film, alors que sur ces screenshot il a l'air fort sympathique...


ta d loi du cine 26/09/2010 12:45


Vu (au cinéma), et lu ensuite (le bouquin de McCarthy).
Je me souviens avoir râlé de cette "mode" de ne pas traduire le titre ("Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme", ou "Ce n'est plus un pays pour un vieillard"), encore que ça puisse mieux valoir
qu'une traduction de titre inepte comme on en souffrait il y a quelques décennies.
(s) Ta d loi du cine, "squatter" chez dasola


MichCiné 20/09/2010 16:37


entièrement d'accord en ce qui concerne Eli Wallach, mais pour ma part, Le Mépris de Godard, est le film que je trouve le plus ennuyeux. mais bon, chacun ses goûts....Par contre, No Country....est
un des films les plus aboutis de Frère Coen. Un road-movie épatant, avec un Bardem criant de vérité. Dommage que Woody Harrelson n'a pas eu droit à un rôle plus étoffé.
Merci de ton passage chez moi.
Cordialement