Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 11:39

Yvonne de Carlo, dans les bras de Tony Curtis, sous le regard concupiscent de Burt Lancaster.

 

http://le-cinema-de-tietie007.blog4ever.com/la-rumba-d-yvonne-de-carlo

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 05:05

http://fr.web.img1.acsta.net/medias/nmedia/00/02/56/90/aff.jpg

 

Le film culte de Michael Mann critiqué ici :

 

http://le-cinema-de-tietie007.blog4ever.com/heat-le-face-a-face-de-niro-pacino

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 07:20

the-big-combo.JPG

 

The Big Combo ou Association criminelle, de Joseph H.Lewis, sort sur les écrans en 1955. Film noir urbain, l'action est sensée se passer à New-York, mais la cité américaine reste en arrière-plan, tournée exclusivement en décor, la nuit, le film se structure autour de trois personnages: une blonde immaculée, Susan Lowell, jouée par Jean Wallace

cleef-wallace-holliman-combo.JPG

(Lee Van Cleef, Jean Wallace, Earl Holliman)

convoitée par deux hommes, un policier, le lieutenant Diamond, incarnée par Cornel Wilde, qui traque son rival, caïd du coin, Mister Brown, interprété par Richard Conte.

contre-smoking-wilde.JPG

Au-delà de la rivalité professionnelle des deux hommes, du flic qui essaie de cioncer le parrain, il y a la blonde Jean,

jean-wallace-sleep.JPG

 

maîtresse du second, convoitée par le premier.

cornel-wilde.JPG

Traque obsessionnelle pour ce policier new-yorkais, par ailleurs bien accompagné, 

wild-leg-combo-shoes.JPG

au prise avec l'élégant et brutal Richard Conte

conte-donleavy-combo.JPG

 

et ses sbires, 

torture-alcool.JPG

joués par le cabossé Earl Holliman et par le futur Sentenza, Lee Van Cleef. Mais ce film noir, reste illuminé, avant tout, par la présence quasi-fantômatique de Jean Wallace, madame Cornel Wilde à la ville,

jean-wallace-blonde.JPG 

qui sera l'agent de la perte de Mister Brown,

 

richard-conte.JPG

une nuit brumeuse, 

fog-car.JPG

 

dans un entrepôt désaffecté, 

conte-gunfight.JPG

ébloui par un rai d'une puissante luminosité, 

blonde-light.JPG

complètement aveuglé, 

conte-done.JPG

qui finira trucidé. Et la blonde sophistiquée retrouvera le lieutenant Diamond, héros fatigué, 

wild-fog.JPG

pour vaquer à une autre destinée.

man-woman.JPG

 

The Big Combo s'inscrit donc dans cette lignée des films noirs américains qui peuplèrent les écrans des années 40 et 50,  qui conjuguaient des personnages archétypaux  (le flic/le truand), torturés par une libido à fleur de peau et une omniprésence de la nuit, renforcée par le noir et blanc de l'époque. Tourné en studio, Association criminelle est évidemment illuminé par la présence de Jean Wallace, blonde immaculée qu'aura manqué Alfred Hitchcock, bien loin de la sensuelle Yvonne de Carlo de  Criss Cross. C'est cette présence singulière qui fera la caractéristique du film de Joseph Lewis, la blanche colombe Jean Wallace parmi les butors de la pègre newyorkaise, blonde hitchcoockienne perdue dans un monde de brute.

On pourra s'étonner que cette actrice n'ait pas eu une carrière digne de ce nom et disparut des écrans dans les années 60, préférant certainement priviligier sa vie privée avec l'ancien gymnaste Cornel Wilde. Quant à Richard Conte, on le retrouvera en vieux parrain dans la scène d'ouverture du Parrain, la fête du mariage, avec Marlon Brando.

L'ouverture du film accompagnée de la mélodie plaintive de David Raskin.

 


 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 07:59

blue-velvet-titre.JPG

 

Avec Blue Velvet, réalisé en 1986, David Lynch entre dans un registre plus personnel, après Elephant Man et Dune. Accompagné par la mélodie lancinante d'Angelo Badalamenti, alter ego musical du réalisateur,

 

angelo-badalamenti.JPG

 

l'opus lynchien s'ouvre sur les paysages rassurants du petite ville de l'Amérique profonde (topos qui sera repris dans Twin Peaks), Lumberton,

 

welcome-to-lumberton.JPG

 

avec ses blanches palissades,

 

rose-blue-velvet.JPG

 

agrémentées de couleurs primaires.

 

yellow-velvet.JPG

 

Mais chez Lynch, sous les paisibles paysages, se tapit toujours une certaine noirceur, qui illustre bien la misanthropie du réalisateur, prenant la forme d'une crise cardiaque, terrassant un arroseur du dimanche, et la découverte, par le héros, jeune homme bien sous tous rapports, Kyle McLahan, futur inspecteur dans Twin Peaks, d'une oreille coupée !

 

oreille-coupee.JPG

 

Entrée en matière singulière, entre monotomnie d'une banlieue pelousée et découverte macabre.

Notre gentil héros va alors essayer de retrouver le propriétaire de cette oreille,

 

mc-phone-iphone-free.JPG

 

avec l'aide de Sandy, la future Lula de Sailor,

 

pretty-laura.JPG

 

blonde post-adolescente tombée sous le charme de Kyle.

 

dern-kyle-mclahan-love.JPG

 

laura-dern-kyle-mclahan-coca-cola.JPG

 

L'enquête mènera les deux jouvenceaux vers une mystérieuse chanteuse, Dorothy Vallens, interprétée par Isabella Rossellini, qui se produit au Slow Club

 

slow-club-disco-nigthclub-blue-velvet.JPG

 

 

un jazz club de Lumberton,

 

blue-song-isabella-rossellini.JPG

 

où elle hèle une mélodie bleutée.

Fasciné par cette entraîneuse,

 

kyle-in-love.JPG

 

qui electrifie un autre spectateur,

 

blue-hopper.JPG

 

le jeune homme s'introduit dans son appartement, où caché dans un placard,


Hebergeur d'image

 

il assiste, pantois, aux arabesques charnelles de Dorothy et de Franck, un pervers psychopathe.

 

denis-angry.JPG

 

Aimanté par cette scène, Kyle le voyeur va se faire repérer par la donzelle,

 

kyle-knife-isabella.JPG

 

mégère qui va vite être apprivoisée par le jeune éphèbe.

 

pipe-fellation-blue-velvet.JPG

 

Passion charnelle, qui pousse Kyle à persévérer dans son enquête, avec son officielle,

 

kyle-laura-blue-velvet-car.JPG

 

mais qui ne peut s'empêcher de retourner vers Dorothy,

 

isabella-rossellini.JPG

 

comme les marins vers leur port, pour s'abandonner dans les bras d'Eros.

 

isabelle-bouche-a-pipe.JPG

 


Mais il va se faire alpaguer par le méphitique Denis Hopper,

 

sois-poli.JPG

 

fort mécontent de ce cocufiage en règle,

 

denis-hopper-kyle-face-to-face.JPG

 

et qui va tourmenter le jeune homme,

 

mac-lahan-big-mac.JPG

 

dans un terrifiant road movie,

 

crazy-frank-hopper.JPG

 

frank-oxygen-jarre.JPG


L'affrontement final entre Kyle et Dennis sera donc inévitable.

 

gun-kyle.JPG

 

gun-oxygen.JPG

 

Blue Velvet est un OVNI dans le cinéma d'alors et d'aujourd'hui, long-métrage largement autobiographique, qui plonge dans les méandres des obsessions lynchiennes. Il marque une rupture dans la filmographie de David Lynch, puisqu'il aborde des thèmes personnels loin du grand spectacle Dunien et annonce un autre monument, Twin Peaks ! La morale de cette histoire pourrait être que derrière le flot paisible de la réalité, se cache  une noirceur insoupçonnée, du sexe et de la fureur, libido qui guide des pulsions incontrôlables !

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 05:06
 

mitraillette_kelly-1.jpg

 

Roger Corman, spécialiste du film rapide avec des petits budgets, narrant souvent des histoires exotiques comme cette "Attaque des crabes géants", se lance, avec Mitraillette Kelly, dans le film noir. Inspiré de la vie de George Kelly, malfrat sévissant lors de la grande dépression, Corman met en scène un couple crapuleux, bien avant Bonnie and Clyde d'Arthur Penn, Charles Bronson, dans le rôle de Machine Gun Kelly et Susan Cabot, la vamp de service, habituée des productions Corman.

 

bronson-angry.JPG

 

George et Flo forment un duo criminel qui toise la Police,

 

cops.JPG

 

et recherche à faire un gros coup. George apparaît comme un dur à cuire, avec son visage buriné,

 

bronson-visage.JPG

 

et sa mitraillette !

 

magine-gun-bronson-kelly.JPG

 

Il en impose à sa bande de truands, dont Harry,

 

man-puma.JPG

 

un tenancier psychopathe qui aime les pumas !

 

puma.JPG

 

La bande de loufiats imagine une attaque de fourgon blindé, mais au dernier moment, Bronson fait capoter l'affaire, à cause d'un corbillard et d'un cercueil qui l' ont effrayés ! Car dans ce couple vénéneux, les apparences sont trompeuses, et le viril George, qui a peur des morts, est sous la coupe de Susan Cabot, véritable leader du groupe.

 

bronson-smile-cabot.JPG

 

Les attaques de banque étant trop dangereuses, la bande se rabat sur le kidnapping d'une enfant,

 

bronson-gagnster-kelly-cabot.JPG

 

mis en confiance par la présence d'une femme,

 

little-girl.JPG

 

et par la gentillesse apparente de George.

 

bronson-kidnapping.JPG

 

Le rapt réussi, l'histoire se transforme en huis-clos, véritable calvaire pour Bronson, qui se fait humilier par une Susan castratrice et son homme de main !

 

cabot-richard-devon.JPG

 

Le pauvre George n'aura que son phallus d'acier, sa mitraillette, pour se faire respecter !

 

je-te-coupe-en-deux.JPG

 

Traqué par Flo, qui le met plus bas que terre,

 

bronson-little-girl.JPG

 

toisé par Apple,

 

bronson-knife.JPG

 

George "Machine Gun" Kelly apparaît nu, sans son outil de prédilection, aboulique et totalement asservi à la volonté de sa femme !

 

cabot-vamp-bronson.JPG

 

On oublie vite la jeune fille et sa nurse,

 

bronson-nurse.JPG

 

pour s'appitoyer sur le triste sort de George, humilié par sa femme,

 

cabot-susan.JPG

 

et sa belle-mère !

 

mom-kelly.JPG

 

Repéré par la Police, George n'aura même pas le courage de se défendre,

 

kelly-cabot-devon-mitraillette.JPG

 

laissant aux autres le soin de canarder les flics,

 

dekova-killer.JPG

 

et rendant les armes sans combattre !

 

bronson-peur.JPG

 

Préférant, à la limite, la justice des hommes à celle de sa femme !

 

kelly-the-end.JPG

 

Singulier film que Machine Gun Kelly, qui n'est pas du tout un film d'action comme l'annonce avec fanfare l'affiche, mais un huis-clos psychologique, très freudien, qui met en scène un truand couard, sous la coupe de sa castratrice de femme ! Ici, la mitraillette joue évidemment un rôle phallique, un appendice viril pour ce pauvre George qui n'a que ça pour affirmer sa virilité face à une Susan Cabot au charme vénéneux. Film assez mysogine, puisque présentant la femme comme une prédatrice manipulatrice, Corman avait peut-être un compte à régler avec sa mère ! Curieusement c'est avec ce rôle de lâche que Bronson sera consacré,

 

bronson-face.JPG

 

lui, qui collectionnera par la suite, les rôles de "dur à cuire" et de justicier ! Il est par contre étonnant que Susan Cabot, superbe en "mégère non apprivoisée", n'ait pas eu une carrière à la mesure de son talent.

 

susan-cabot-visage-pinup.JPG

 

Car plus que Bronson, c'est elle qui crève l'écran et qui donne à cet opus cormanien ce "je ne sais quoi" de diabolique  et ce "presque rien" d'érotisme sur la musique jazzy de Gerald Fried. Mais la jeune actrice, abandonnera le cinéma l'année suivante et mourra tragiquement, assassiné, en 1986.

Une mention spéciale, aussi, à Frank De Kova, l'homme de main à la trogne cabossée qui hébergeait dans sa station service, un puma ...

Quant à Charles "Machine Gun" Bronson,

 

mitraillette-kelly-bronson.JPG

 

ce film lancera sa carrière, et il enchaînera, la même année, avec les 7 Mercenaires d'un certain John Sturges !

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 05:09

poule titre 

 En 1963, Julien Duvivier, à 67 ans, tourne son avant-dernier film, Chair de Poule, un film noir, adaptation d'un roman de James Hadley Chase, avec des dialogues de René Barjavel.

 

poule-chase-barjavel.JPG

Duvivier, surtout connu pour ses oeuvres d'avant-guerre, comme La Belle Equipe, la Bandera ou Pépé le Moko, dans lesquels le talent d'un Gabin "jeune", se déploiera, nous pond un petit bijou de film noir qui restera oublié des cinéphiles, Nouvelle Vague oblige !

A Paris, Daniel et Paul, joué par Robert Hossein et Jean Sorel, qui fut, par sa beauté, un concurrent d'Alain Delon,

poule-hossein-2cv.JPG

vont se faire le coffre d'un milliardaire, 

poule-hossein-face.JPG

mais l'affaire tourne mal, le bourgeois se ramène, 

 

poule-man.JPG

et Daniel se fait épingler par une balle bien placée, gisant devant une Dauphine fatiguée !

 

poule-dauphine-hossein.JPG

L'inquiétude est à son comble, et Paul, qui a occis le milliardaire, fait par de ses doutes à son blonde amie, 

 

poule-couple-blonde.JPG

Simone, jouée par la regrettée Nicole Berger, morte 4 ans plus tard, à 32 ans, dans un accident de la route. Condamné à 20 ans, Daniel arrive à s'évader, 

 

poule-hossein-evasion.JPG

et se réfugie dans l'arrière pays niçois, aux alentours de la commune de Bouyon. Dans les paysages majestueux des Alpes-Maritimes, le voyou va croiser la route de Thomas, bon bougre de commerçant, joué par Georges Wilson. 

 

poule-hossein-wilson-huile-oil.JPG

Thomas tient le Relais du Col, une station essence "Avia" qui fait restaurant, 

 

relais-du-col-dunlop.JPG

où il fait bon "boire et manger".

 

poule-chez-thomas.JPG

Mais le "trésor" de ce vieux Thomas, ce n'est pas sa station-service, mais sa jeune femme, Maria, jouée par Catherine Rouvel, panthère sulfureuse, qui n'a point peur des hommes !

 

poule-hossein-rouvel-defi.JPG

Daniel est intrigué par la présence de cette "bombe", dans ce trou perdu,

 

poule-wilson-hossein-rouge.JPG

 

femme d'un commerçant dodu, dont le regard laisse percer des intentions pas très catholiques ...

poule-rouvel-choucroute.JPG

Surtout que la nuit tombée, la belle laisse sa fenêtre ouverte, 

 

poule-hossein-desir.JPG

pour attirer le chaland ...

 

poule-rouvel-sein.JPG

Daniel est sous le charme, aimanté par la démarche suave de la jeune femme, 

poule-hossein-passion.JPG

qui prend des poses étudiées pour électrifier le perceur de coffre !

poule-omo-rouvel-friglavia.JPG

Daniel devient l'employé de Thomas, tenant le comptoir, 

poule-hossein-bar.JPG

entre le cognac Bisqouit et le Cinzano, et s'occupant du beau-frère, ce vieillard lubrique de Lucien Raimbourg

poule-lucien-raimbourg-dubonnet.JPG

qui vient fureter lorsque les propriétaires sont absents et qui est fort intrigué par la présence de cet employé !La belle Maria, en épluchant les patates, tombe sur un reste de Journal éclairant, qui parle du "perceur de coffre" évadé, et, machiavélique, va proposer un marché au voyou :

Le contenu du coffre de Thomas, symbole de liberté contre son silence !

Daniel hésite, effrayé par le cynisme de la jeune femme et incapable de trahir un homme qui l'a aidé, et avec qui il partage une saine amitié.

 

poule-hossein-wilson-clope.JPG

Mais lors d'une nuit pluvieuse, alors que le commerçant s'arrache pour un rendez-vous citadin, 

 

night-nuit-relais-du-col.JPG

Daniel, sous la pression de Maria, craque, et s'en va s'occuper du coffre, 

 

hossein-visage.JPG

avec ses mains d'or,

hand-coffre-main.JPG

surveillé par la tigresse !

poule-rouvel-clope-cigarette.JPG

Mais le commerçant revient de manière inopportune, à cause d'un arbre tombé, découvrant le pot aux roses,

rouvel-wilson.JPG

devant un Hossein humilié !

 

hossein-amazing.JPG

Daniel vend la mèche, et accuse la jeune épouse de l'avoir poussé à ouvrir le coffre, sous-peine d'un petit tour à la gendarmerie ! Mais la Maria ne s'en laisse compter, épuisée par sa vie monotone, elle est prête à tout pour se saisir du magot et pour prendre la poudre d'escampette !

rouvel-gun-alone.JPG

Mais voilà, Thomas se rebelle et sa femme commet l'irréparable, en tuant le commerçant, illico presto enterré dans le garage, nouant entre les deux protagonistes un pacte macabre !

hossein-rouvel-garce.JPG

Mais Maria a un atout imparable, sa séduction, à laquelle Daniel ne va pas tarder à succomber, 

rouvel-hossein-torse.JPG

un soir de solitude trop marquée,

rouvel-main.JPG

mettant dans sa poche ce "perceur de coffre" méfiant !

 

rouvel-hossein-not-disturb.JPG

Car la disparition de Thomas attire les curieux, dont ce paysan de beau-frère, 

hossein-raimbourg-rouvel-avia.JPG

qui sent un peu l'embrouille, 

hossein-inquiet.JPG

et qui n'est sauvé que par ce curé de Jean Lefebvre,

old-men.JPG

protégeant le vieillard de l'ire de Daniel !

hossein-face.JPG

Mais un nouveau réapparaît, le bellâtre Paul, compagnon d'armes de Daniel,

 

sorel-hossein-rouvel-trio.JPG

 

qui va de suite taper dans l'oeil de la belle, 

rouvel-sorel--duo.JPG

un coup de foudre, 

 

jean-sorel.JPG

partagé !

rouvel-smile.JPG

Alors que les deux jeunes vont conter fleurette au village d'à côté, 

rouvel-sorel-white.JPG

s'enlaçant comme des jeunes premiers, 

 

sorel-rouvel-kiss.JPG

Daniel//Robert Hossein fait face à deux paysans dégénérés, 

chasseur-smile.JPG

par un possible magot caché alléché !

hossein-fusil.JPG

Mais le vioque édenté se laisse déborder,

raimbourg-gun.JPG

et au final, Daniel s'en tirera simplement blessé !

trio-death.JPG

Les deux nouveaux amants profitent de la situation et  Paul s'occupe du coffre-fort, 

 

sorel-coffre.JPG

retirant le magot et éliminant l'av(é)ide Maria !

rouvel-death.JPG

Entre voyou, point de cadeau, et c'est le beau Paulo qui s'enfuira avec le magot ...pas pour longtemps, puisque poursuivi par la Police, et faisant demi-tour, il viendra s'empaler sur les pompes à essence, sur le regard hilare d'un Daniel, sauvé des eaux !

hossein-lol.JPG

Ce huis-clôs étouffant, dans l'arrière-pays niçois, vaut d'abord par son casting, avec un Georges Wilson en bon commerçant, accompagné par sa jeune femme, Catherine Rouvel, une garce au charme vénéneux. Il y a chez Duvivier une vision de la femme-diablesse, dévoreuse d'hommes et intéressée, qui atteint son point culiminant dans ce film, qui rappelle Le facteur sonne toujours deux fois. Les seconds rôles ne sont pas oubliés, avec un Lucien Raimbourg qui campe avec bonheur un paysan décérébré à l'opposé d'un Jean Sorel, irradiant de beauté, concurrent oublié d'Alain Delon. Sorel, dans les années 60 tournera avec les plus grands, Visconti, Bunuel, et se fourvoiera dans le cinéma italien de série B, pour ne pas dire plus, tournant des nanards avec le maître de l'horreur bas de gamme, Lucio Fulci !

Tout le sel de l'histoire tourne autour de Maria, séductrice effrénée, jouant de ses charmes pour manipuler les hommes, mentant à l'un, couchant avec l'autre, pour arriver à ses propres fins. Il y a chez Hadley Chase et Duvivier, la contemplation d'un monde cynique, dévoré par l'argent, où même les hommes qui ont de l'honneur finissent soudoyés, les Pascal corrompant l'amour et l'amitié, sur l'autel de la cupidité !

Ce film extrêmement noir, adaptation francisée d'un roman américain, est resté curieusement oublié par les cinéphiles, certainement parce que Duvivier, symbolisant ce cinéma de qualité "à la française", qu'aborraient les "talibans" de la Nouvelle Vague, fut voué aux gémonies ! 

Or, par la maestria de sa réalisation, la qualité des interprètes et l'intensité de la narration, Chair de poule reste, pour moi, un des meilleurs film noir des années 60, à redécouvrir de toute urgence !


 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 08:10

the-wild-one.JPG

 

En 1953, après avoir traversé l'écran dans un Tramway nommé désir, d'Elia Kazan, en 1951, le jeune Marlon Brando,

 

brando-marlon.JPG

 

pur produit de l'Actor's Studio, qui dépoussière la manière conventionnelle de jouer, tourne dans L'Equipée sauvage, réalisé par un obscur inconnu, Laszlo Benedek.

Une horde de motards, avec leurs blousons noirs et leurs santiags, dirigés par un certain Johnny, se ramène dans une paisible ville de l'Ouest profond effrayant le boutiquier et intriguant les jeunes filles !

Le contraste est saisissant entre cette bande de mauvais garçons, drivé par Johnny/Marlon

brando-regard.JPG

au regard énigmatique, et l'amérique profonde laborieuse, dans laquelle rayonne une jeune fille bien mise, la jolie Kathie, seveuse au Bleeker's Cafe.

 

brando-murphy.JPG

La trame narrative du film se résume dans cette image, une opposition entre les motards et les habitants, sur laquelle se greffera les relations ambivalentes entre Johnny  "the bad guy"et Kathie "the good girl" !

La longue scène du Bleeker's Cafe, face à face au début muet entre Johnny et Kathie

 

brando-murphy-bleeker.JPG

est un pur bijou de cinéma, où le réalisateur va dévoiler, dans un silence assumé, toute la palette des pauses marlonesques, 

brando-moto.JPG

virilité lascive qui fascine, déjà, la jeune femme !

 

women-brando.JPG

C'est dans cette scène du café que l'on comprend pourquoi, le Brando jeune fut un sex-symbol, une icône sexuelle pour des générations de femmes et d'hommes des années 50, que ne comprendront par leurs épigones, trop habitués au Marlon pachydermique des années 70-80 !

Car Brando transpire la sensualité virile, dans ce face à face singulier,

 

bleekers-cafe-brando.JPG

au Bleeker's cafe, entre une donzelle bien élevée et un motard loubard au charme vénéneux !

 

brando cafe

 

Car Johnny/Marlon, c'est une force tranquille, nonchalance assumée et parfois langoureuse, mais qui loin de la fragilité d'un James Dean ou de l'ambivalence d'un Monty Clift reste l'incarnation de la masculinité, s'épuisant dans une prosaïque rasade de bière et un regard envoûtant !

 

brando-drink-a-beer.JPG

 

Comment voulez-vous que la jeune Kathie, promise à une vie sans relief dans ce bled perdu, tout à ses cafés, 

brando-coffee-cup.JPG

ne soit pas submergée par le sex-appeal du beau Johnny ?

Mais voilà, voici qu'une nouvelle horde de motards, emmenée par le pouilleux Chino/ Lee Marvin,

 

marvin-moto.JPG

se radine, annonçant du grabuge ...entre les deux bandes rivales !

lee-marvin-moto.JPG

 

Chino défie ouvertement Johnny "belle gueule", 

brando-johnny-moto.JPG

et la baston entre les deux hommes sera inévitable, consacrant la suprématie de Johnny,

brando-brmc-marvin.JPG

adulé par la gente féminine !

 

brando-marlon-copie-1.JPG

 

Mais voilà, Marlon revient toujours au Bleeker's, après son échauffourée, en quête d'un regard féminin, et non pas canin !

 

brando-dog-chien.JPG

L'alcool coule à flots, 

 

beer-mousse-brando.JPG

et le shériff, Harry Bleeker, père de Kathie, vient négocier avec Johnny le départ des motards, 

brando-cigarette-cop.JPG

mais le jeune loubard ne mange pas de ce pain là, 

brando-cigarette.JPG

et il est hors de question qu'il barguigna avec la maison "poulaga",

brando-smoke.JPG

donnant l'occasion au réalisateur de magnifier la pause brandoienne, pleine de mépris pour la proposition du shérif, qui s'envola dans les volutes du cigarillo de Johnny "belle gueule" !

Le couple d'une matinée va alors se déchirer, la belle Kathie ne supportant pas l'irrespect du jeune motard envers son père,

 

brando-gueule.JPG

annonçant une nuit bien agité !

 

marlon-scarface.JPG

Mais ce qui devait arrivé arriva ...malgré l'algarade du Bleeker's, Johnny "belle gueule", cuvant sa déception, va venir au secours de Kathie, tourmenté par la bande de motards, l'emportant sur sa moto pour une longue chevauchée sur les routes de campagne, 

 

brando-duo.JPG

laissant au jeune couple des instants privilégiés, 

brando-alone.JPG

où la jeune femme, épuisée, se laisse à divaguer,

murphy-mary.JPG

dans l'espoir de séduire le beau Johnny,

brando-viril.JPG

et d'en faire son chevalier servant !

murphy-portrait.JPG

Espoir de jeune fille, rêvant d'horizons lointains, et d'amours passionnés qui ne sied guère à cet outlaw de Marlon !

brando-portrait.JPG

Mais la nuit s'agite, les habitants en ont marre de ces bandes de motards avinées, qui sèment le désordre et la terreur dans leur paisible cité ! La foule se déchaîne, prête au lynchage, alors qu'Harry, le policier, est écrasé par la situation, 

 

flic-alcool.JPG

seul contre tous, craignant plus de ses ouailles que des motards bourrés !

flic-cop.JPG

Admirable Robert Keith qui incarne la loi, face au désordre, thématique récurrente dans l'univers hollywoodien, que celui de l'homme seul, face à la foule haineuse, qui menace par sa fureur même, la morale qu'elle prétend défendre !

Johnny "belle gueule" est en danger, poursuivi et capturé par la foule déchaînée, 

flic-cop-brando.JPG

des quidams moyens qui se transforment en accusateurs publics,

vieux-old.JPG

voulant sacrifier celui qui a amené l'orage !

brando-judo.JPG

Mais Johnny réussit à échapper à la meute vindicative, et sur sa Harley il arrive, 

 

brando-moto-alone.JPG

à fuir cette dérive !

Dans la fureur de l'action, il est malgré tout déséquilibré par un projectile, et tombant, sa monture va, malheureusement, percuter et tuer un passant ...déchaînant encore plus la foule, prête à le lyncher, mais arrêtée dans sa rage frénétique par l'arrivée des policiers du Comté !

Arrêté par la police, Johnny "belle gueule" est menacé d'être accusé de meurtre, 

brando-sheriff.JPG

chargé par les notables locaux,

blues-brother.JPG

ivre de vengeance !

Mais Kathie qui a vu toute la scène, sait très bien que la mort du vieil homme ne fut qu'un accident, et que le jeune motard n'y est pour rien ...ce que le shérif entendra bien !

sheriff-brando.JPG

Johnny libéré, mais obligé de quitter la ville, va une dernière fois voir sa promise d'un soir, lui offrant un trophée,

brando-trophee.JPG


 

dans un dernier face à face muet, 

brando-smile.JPG

qui s'épuisera dans un sourire, 

mary-smile.JPG

clou final du film ...

brando-smile-lol.JPG

Poor lonesome cowboy !

 

end-brando-the-wild-one.JPG

Si The Wild One ne marquera pas l'histoire du cinéma par ses qualités cinématographiques, il créera le mythe Brando, nouveau sex-symbol mondial des années 50, paradigme du rebelle à la beauté diabolique, qui fera entrer l'acteur dans la légende d'Hollywood, juste avant un certain James Dean, qui incarnera l'ambivalence sexuelle par sa fragilité androgyne.

L'équipée sauvage offre surtout l'occasion à Benedek de portraitiser, sous toutes ses coutures, le visage de Brando, comme un Titien des temps modernes, photographiant les pauses virilement lascives d'un Marlon qui explose de sensualité nonchalante qui le consacreront comme un sex-symbol éternel ! Les vieux de la vieille, les Cooper, Stewart, et les autres, pouvaient aller se rhabiller avec leur jeu désuet !

Avant de mirer le trailer de The Wild One, testez-vous sur Marlon Brando en répondant à ce QUIZZ.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 09:39

musician rumba siodmakcriss-cross-lancaster.JPG

 

Robert Siodmak, cinéaste allemand qui a fui le nazisme, en 1933, pour s'exiler à Paris, s'était fendu d'un deuxième exil, aux Etats-Unis, avec l'avance foudroyante de la Wehrmacht en France, en mai 1940. Embauché à Hollywood, Siodmak va tâter d'un peu tous les styles, dont un "Fils de Dracula" avec Lon Chaley Jr. En 1946, le cinéaste allemand lance Burt Lancaster, dans Les Tueurs, avec Ava Gardner, et les deux hommes vont donc se retrouver pour Criss Cross, "Pour toi j'ai tué".

Variation sur la passion amoureuse, Siodmak a eu le nez fin en embauchant la sensuelle Yvonne de Carlo,

 

yvonne-de-carlo.JPG

 

et ce jeune premier de Burt Lancaster.

 

lancaster-amazing.JPG

 

Mariés puis divorcés, Steve Thompson, joué par le viril Burt, n'a jamais oublié Anna (Yvonne de Carlo), et, lorsqu'il revient à Los Angeles,

 

lancaster-hollywood-boulevard.JPG

 

accueilli par un chien,

 

lancaster-corky-dog.JPG

 

il va, évidemment, recroiser cette créature ondulante d'Yvonne !

 

carlo-cars.JPG

 

Songeur quant à sa continuelle attirance pour son ex-femme,

 

lancaster-dream.JPG

 

Steve va avoir un rendez-vous avec la belle dans un bar musical, où tous les deux avaient leurs habitudes.  Sous le son enjoueur d'une rumba,

 

musician rumba siodmak

 

Steve est comme fasciné par le déhanché de la belle Anna,

 

lancaster-alone-eyes.JPG

 

qui virevolte aux mains d'un inconnu, qui sera célèbre par la suite, le jeune Tony Curtis !

 

de carlo curtis rumba

 

Les regards se croisent,

 

anna-carlo.JPG

 

et la magie amoureuse recommence.

 

lancaster-carlo-together.JPG

 

Mais voilà, Anna n'est plus seule depuis son divorce, et s'est "remaquée" avec un certain Slim Dundee,

 

duryea-dundee.JPG

 

joué par Dan Duryea, au costume blanc et au regard noir. Caïd de la ville, Slim couve sa poule des yeux de Chimène, mais l'indomptable Anna ne se laisse pas impressionner par son chaperon officiel, fut-il la "caillera" gominé du coin !

 

duryea-carlo.JPG

 

Il n'en reste pas moins que les deux rivaux vont se défier,

 

knife-couteau-shoes.JPG

 

pour la garde du poulailler,

 

duryea-lancaster.JPG

 

sous l'oeil inquisiteur d'un rusé policier !

 

inspecteur-flic.JPG

 

Mais le ver est dans le fruit, et Steve va être rongé par une passion pour Anna, dévorante,les deux amants,

 

duo-carlo-lancaster.JPG

 

se donnant à nouveau rendez-vous.

 

lancaster-carlo-cigarette.JPG

 

Mais rien n'est simple dans la vie, est Steve va attendre longtemps, la belle Yvonne, qui ne viendra jamais, dans son bar préféré, servi par un barman gouailleur,

 

barman.JPG

 

 noyant sa détresse dans des verres de whisky,

 

lancaster-drunk.JPG

 

et encore ennuyé par ce Stephen McNally de flic, qui vint humer l'ambiance entre Steve et Slim, sous l'oeil goguenard de Joan Miller.

 

pete-steve-mum.JPG

 

Mais Lancaster ne sait rien, et n'est pas d'humeur à se laisser empoisonner la vie par ce gêneur d'inspecteur.

 

pete-steve.JPG


  Quelques mois passés, les deux ex-tourtereaux se recroisent, ce qui donne lieu à une explication musclée,

 

lancaster-carlo-fight.JPG

 

se finissant dans moults pleurs, annonçant la grande réconciliation !

 

lancaster-carlo-cry.JPG

 

Mais Slim veille au grain, et les deux amants,

 

lancaster-carlo-surpris.JPG

 

sont à nouveau débusqués par le gominé.

 

dundee-duryea-beer-clope.JPG

 

Pris la main dans le sac,

 

lancaster-marcel-carlo.JPG

 

Steve va, pour se dédouanner, offrir à Slim, un camion friqué sur un plateau !

 

slim-dundee-lancaster.JPG

 

Grosse affaire planifiée par un mystérieux joueur d'échecs,

 

chess.JPG

 

le camion cible,

 

lancaster-camion.JPG

 

conduit par Steve,

 

lancaster-chauffeur.JPG

 

va se retrouver dans un brouillard artificiel, où les deux rivaux,

 

fog-cop-lancaster.JPG

 

 

vont, une nouvelle fois s'affronter !

 

duryea-fog-gun.JPG

 

Blessé, Steve s'apercevra que face à la vengeance imminente de Slim, Anna, lâche et vile, préferera se tirer que de rester, laissant Lancaster dans un profond désarroi !

 

lancaster-final.JPG

 

Mais Yvonne n'aura pas le temps de prendre la poudre d'escampette,

 

carlo-lancaster-sea.JPG

 

car Dan Duryea veillait au grain,

 

white-duryea.JPG

 

bras armé de leur tragique fin !

 

end.JPG

 

Pour toi j'ai tué, est l'histoire d'une passion foudroyante et destructrice qui se singularise par sa modernité. Modernité formelle, avec les effets  stylistiques qui rappellent que Siodmak n'était pas un manche, à sa caméra, modernité thématique qui place le couple fusionnel au centre de la narration policière, avec une Yvonne de Carlo plus sensuelle que jamais, beauté vénéneuse qui attise la concupiscence masculine, et entraînera la fin tragique de Steve et de Slim. Au-delà de l'action proprement dite, réduite à la portion congrue, Criss Cross reste avant tout un film tragique, au sens antique du terme, dans lequel les acteurs, jouets du destin, sont mus par des idéaux qui transcendent la simple cupidité. L'amour fou conduira Lancaster à commettre l'irréparable, le désir de vengeance du "mari trompé" exacerbera la haine de Slim. Anna, au centre de toutes les attentions, incarnera la femme pêcheresse, objet de toutes les sollicitudes, jouant de ses charmes pour manipuler les hommes, à l'insu de leur plein gré !

Pour toi j'ai tué me rappelle étrangement Les amants diaboliques, le premier film de Visconti, réalisé en 1942, où la belle Clara Calamaï envoûtait le viril Mario Girotti,

 

ossessione2.jpg

 

variation inspirée sur la femme fatale, diablesses charnelles qui perdent les hommes !

Avant de mirer la sensuelle rumba d'Yvonne, scène culte du film, testez-vous sur la carrière de Burt Lancaster en répondant à ce QUIZZ.

 

 

 

 


 

 


 


 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 14:44
no-country-old-men.JPG

 

En 2007, les frères Cohen, Joël et Ethan, sortent un polar tiré d'un roman de Cormac McCarthy, No country for old men.

Dans la ligné d'un Plan simple, de Sam Raimi, ancien collaborateur des célèbres frères, No country narre la rencontre, improbable, dans le désert, entre un texan chasseur, Llewelyn Moss,

 

cow-boy.JPG

et quelques cadavres de narcos, qui se sont entretués,lors d'un deal qui a mal tourné !

cars.JPG

Beaucoup de cocaïne, mais pas d'argrent !

 

drug-coco-narcos.JPG

 

Moss, qui n'a pas perdu son sens de chasseur, suit des traces sanglantes, 

 

white-hat.JPG

d'un des narcos, qui s'est abrité sous deux arbres solitaires, 

money-arbre.JPG

occis par une balle. Un sac plein de dollars, 

 

money-dollars.JPG

repose auprès du narcos mort !

 

shoes.JPG

En parallèle, un autre personnage, curieux et inquiétant, Anton Chigurh,

bardem-murder.JPG

 

sème la mort sur les routes avec une singulière arme !

 

bardem-car.JPG

Les deux protagonistes vont se croiser un peu plus tard, avec un Moss qui, plein de remords, va, la nuit, refaire un tour sur les lieux du massacre, se faisant prendre en chasse par des potes des narcos, 

 

survivor.JPG

et un Chigurh, engagé par les narcos, pour récupérer l'argent, aidé par un petit émetteur caché dans le sac bourré de talbins,

 

Bardem-javier.JPG

un course-poursuite arbitré par un shériff fatigué, joué par Tommy Lee Jones.

 

jones-sherif-eyes.JPG

Commence alors un "road movie" à travers le sud des USA, entre un Moss qui fuit la probable vengeance des narcos marris, et un Javier Bardem, psychopathe imperturbable, qui traîne sa grande carcasse sur les routes désertes,

 

66.JPG

effrayant des vieux pompistes, 

 

66-oil-country-old-man.JPG

trucidant, au hasard, des routiers texans, 

 

bardem-farmer.JPG

 

s'arrêtant dans des motels fatigués,

 

regal-motel.JPG

à la recherche de l'argent perdu !

 

riot-gun-bardem.JPG

Les films des frères Cohen narrent souvent des destins d'homme du peuple, confrontés à des situations extraordinaires, infra-histoires qui comme l'Ecole des Annales, s'éloignent des sommets étatiques et des grands hommes pour s'attacher à la vie des gens ordinaires, des flics d'un petit bled du Montana, dans Fargo, à un coiffeur mourant d'ennui, dans The Barber, en passant par Arizona Junior ou The Big Lebowski. Chez les Cohen, il y a toujours ce tissu prosaïque de la triviale et monotone réalité qui se déchire avec l'arrivée de personnages inquiétants, les tueurs tarés de Fargo ou  ce serial-killer d'Anton Chigurh, psychopathe au sourire inquiétant, 

 

bardem-smile.JPG

qui traque sans relâche ce brave texan de Moss, dépassé par l'argent qu'il a trouvé, par hasard, et qui fait oeuvre de ce bon sens, communément partagé, pour échapper à la justice "chigurhienne" !

 

light-country.JPG

Mais Bardem, bras armé des narcos, imperturbable dans sa démarche macabre, ne pourra être arrêté par personne, ni par les flics, fatalistes et impuissants, 

 

cops.JPG

ni par la mafia, qui engage un autre tueur pour récupérer le magot !

cow-boy-hospital.JPG

L'histoire des Coen n'est en fait qu'un prétexte pour naviguer sur les routes de la frontière mexicaine, peuplées de petites gens qui fleurent bon l'Amérique profonde, 

farmer-bardem.JPG

victimes de la fureur tranquille d'un Chigurhqui plus que l'argent, se fait le bras armé d'une sorte de justice presque divine, frappant, implacablement, tous ceux qui lui résistent ou se mettent au travers de sa route !

 

driver.JPG

Il restera cet épicier ahuri qui jouera sa vie à pile ou face, sans savoir que la mort était là, mais que son jour n'était pas encore arrivé !

grocery.JPG

Film quatre fois oscarisés, devant beaucoup à l'interprétation halluciné de Javier Bardem, No country s'inscrit dans la vision désanchantée qu'ont les Coen de cette Amérique consumériste et matérialiste, rongée par la cupidité et l'argent, ce dollar tout puissant qui a dévoyé les valeurs altruistes, rompu les solidarités humaines, projetant les individus dans des destins chaotiques qu'ils ne maîtrisent pas. No country renoue, aussi, avec le genre du "road movie", dans ces paysages d'une immensité infinie, renforçant cette impression d'humanité impuissante, face au "fatum" implacable, qui dirige le monde !

 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 06:27

glass-key.JPG

 

La clé de verre est une adaptation d'un roman noir de Dashiel Hammett, paru en 1931, réalisé par Stuart Heisler, en 1942,

 

stuart-heisler.JPG

 

cinéaste plutôt mineur qui mis en scène, néanmoins, quelques beaux films noirs, comme la Peur au ventre, en 1955, avec Jack Palance et Shelley Winters.

Typique des romans d'Hammett, la clé de verre narre les moeurs corrompus des politiciens américains, et plus précisément d'un certain Paul Madvig, joué par l'inoxydable Brian Donlevy,

 

donlevy-madvig-corruption.JPG

 

tombé, comme ses comparses, sous le charme d'une belle blonde, Janet Henry, interprétée par Veronica Lake,

 

veronika-lake.JPG

 

qui se permit de gifler l'édile en public !

 Mais Madvig à d'autres chats à fouetter, avec un certain Nick Varna, truand gominé qui se ramène chez lui, pour négocier quelques protections,

 

hat

 

surveillé par Ed Beaumont, l'homme de main du politicien, joué par Alan Ladd.

 

ladd-smoke.JPG

 

Mais la discussion tourne court, et les deux hommes vont se quitter en froid ...

Tout ce petit monde va se retrouver chez le sénateur Henry, où Madvig va retrouver la blonde gifleuse, fille de l'édile,

 

madvig-janet.JPG

 

et accessoirement, future petite amie de Brian Donlevy. C'est lors de cet apéro mondain, que Janet et Ed vont se rencontrer,

 

lake-eyes.JPG

 

envoûtant de son asymétrique regard, ce blond de Beaumont !

 

ladd eyes

 

On aura compris que l'histoire sera marqué par ce ménage à 3, composé de Madvig, le vieux politicien, sa poule, Janet Henry et Ed, le blondin, les deux derniers se travaillant du regard pendant tout le film !

 

lake-ladd.JPG

 

Mais la vie n'étant pas un long fleuve tranquille, une autre amourette, entre le fils du sénateur Henry et la fille de Madvig, ne plaît guère aux politiciens, la donzelle étant bien trop jeune et le jouvenceau bien trop picoleur.

 

trio-ladd.JPG

 

Macabre rebondissement, le torturé Taylor Henry est retrouvé allongé sur le macadam, juste après avoir quitte sa belle, devant la maison de Madvig ...refroidi à jamais ... L'annonce de la mort du bellâtre, par Ed Beaumont à son patron, ne fait ni chaud ni froid à l'ex-futur beau-père qui continue à se brosser les dents comme si de rien n'était !

 

madvig-ladd-glass.JPG

 

Ed et les autorités ont un doute ...serait-ce un père possessif et autoritaire qui aurait fait tuer un prétendant à sa fifille ?

 

henry-murder.JPG

 

Pour Janet Henry, la soeur du trucidé, la responsabilité de Madvig ne fait aucun doute dans la mort de son frère,

 

black-veronika.JPG

 

et certaines lettres anonymes sont révélatrices de l'opinion générale !

 

lettre-anonyme-madvig.JPG

 

Le décor est donc planté et le long-métrage va naviguer entre 3 axes :

- le ménage à 3, Madvig, Janet et Ed, et savoir si l'amour entre les deux derniers aura raison de l'amitié entre Donlevy et Alan Ladd.

- les relations houleuses entre Madvig et Varna.

- découvrir qui a tué Taylor Henry.

 

A noter que dans le dernier axe, la police est quasiment absente de l'histoire, et que c'est surtout l'homme de main du politicien véreux, Ed Beaumont, qui va se charger de l'enquête officieuse, malgré les doutes qui pèsent sur la culpabilité de son patron et ami, Madvig !

 

Alan Ladd fait donc feu de tout bois, téléphonant aux uns,

 

ladd-phone.JPG

 

charmant les autres,

 

ladd-smile.JPG

 

notamment si ces autres portent un jupon,

 

ladd-glass.JPG

 

et va se griller des tonnes de cigarettes,

 

cigarette-ladd-fire.JPG

 

pour calmer ses nerfs à vifs !

 

ladd-smoke-fire.JPG

 

 Ed Beaumont ne sait plus quoi penser ...Son amitié pour Paul, tend à l'innocenter et son amour naissant pour Janet ne lui est que peu de secours devant les suspicions de la belle à son endroit ...

 

lake-ladd-sight.JPG

 

Surtout qu'il sait, désormais, que c'est Janet qui a écrit la lettre anonyme, l'accusant, implicitement, du meurtre de son frère ...

 

mirror-ladd-lake.JPG

 

puisque celle-ci est prise en flag de pianotage !!

 

lake-ladd-glass.JPG

 

Mais les considérations amoureuses restent futiles, par rapport au conflit entre Madvig et Varna, le mafioso gominé, avec sa bande de tueurs peu amène !

 

varna killer

 

Ed le "brave", va aller affronter cette bande rivale, n'hésitant pas à défier du regard l'élégant Varna !

 

varna-ladd-face-to-face.JPG

 

A 5 contre un, Ladd ne sera pas de taille, et passera un salle moment avec les hommes de main du Parrain, notamment avec cette trogne de William Bendix qui cognera dur le jeune premier.

 

killer.JPG

 

Mais Ladd s'en sortira avec quelques ecchymoses, et se rabibochera avec la belle ...

 

duo-lake-ladd.JPG

 

 

 Bravache, Ed, le blondin, ira de nouveau défier cette brute de Farr,

 

 

calin.JPG

 

lui offrant quelques coups à boire en sonnant le garçon,

 

ring for service

 

 et maîtrisant le butor psychopathe !

 

ladd-gun.JPG 

 

Comme dans les romans d'Agatha Cristie, le coupable du meurtre de Taylor est celui que l'on soupçonnait le moins, et Varna éliminé, il reste l'histoire entre Alan Ladd,

 

ed-beaumont.JPG

 

et Veronica Lake,

 

white-veronika.JPG

 

entre un Ed expliquant à Janet,

 

ladd-end.JPG

 

que son amitié envers Madvig, l'officiel de la belle, l'empêche de toute relation durable, à part ce dernier baiser ...

 

final-kiss.JPG

 

 

Mais le vieux politicien, magnanime et résigné, a compris l'amour liant les deux tourtereaux,

 

final-trio.JPG 

 

et les laisse vaquer à leur idylle naissante !

 

2nd film (sur 7 !) réunissant le couple mythique, dans les années 40, Alan Ladd et Veronica Lake, qui finiront tous les deux alcooliques, la clé de verre s'inscrit dans la thématique hammettienne de dénonciation de la corruption des édiles politiques américains, le crime initial et l'enquête, n'étant qu'un prétexte pour évoquer cette réalité peu reluisante. Le roman noir, inauguré par Hammett, transcende la simple énigme à la Agatha Christie, dont l'histoire se résumait à la seule recherche du coupable, pour inscrire ses histoires dans la réalité politico-sociale de l'Amérique de l'entre-deux-guerres, marquée par  la cupidité de ses édiles. Les autres thèmes hammettiens de la clé de verre sont plutôt machiste, avec l'amitié indéfectible liant Madvig et Beaumont, le second refusant de trahir son ami pour l'amour de Janet, et mysogine, avec une vision de la femme, grande tentatrice des coeurs, vampires charnels prêts à se donner au premier venu, qui s'inscrivait bien dans cette tradition judéo-chrétienne de la femme exclusivement charnelle, qui emporte l'homme sur le terrain exclusif de la passion ! 

Sans être un chef d'oeuvre, La clé de verre est une oeuvre assez moderne sur le plan des moeurs, avec cet arrière-plan adultérin récurrent, qui défiait ouvertement le code Hays ! Le duo Alan Ladd//Veronica Lake, qui seront réunis dans 7 longs-métrages, dans les années 40,  preuve de leur efficacité, fait ici florès, les deux acteurs s'accordant bien au niveau des hauteurs respectives ...puisque Ladd ne faisait que 1,63 m, mais Veronica elle, ne mesure qu'1,51m !

Quant à Dashiel Hammett, le romancier sera victime du McCarthysme et ses ouvrages mises à l'index ...La grande époque du film noir américain allait connaître une parenthèse, après-guerre !

 

Un petit QUIZZ sur la carrière d'Alan Ladd.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article