Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 07:05

ricky-nelson.jpg

 

Vous vous souvenez de James Dean et certainement pas de Ricky Nelson, qui aura marqué les USA non pas par son jeu d'acteur mais plutôt pour sa musique country qui en avait fait une star du genre.

Pourtant, dès l'âge de 19 ans, il joua dans le célèbre Rio Bravo d'Howard Hawks, entre John Wayne et Dean Martin,

 

riobravo

 

 jeune pistolero rejoignant la forteresse assiégée ! Ce premier rôle prestigieux en promettait d'autres...mais le destin en voulut autrement, puisque le jeune homme fit carrière dans la chanson plutôt que sur les plateaux de cinéma.

Un petit duo avec Dean Martin pour commencer cette nouvelle année !

 

 

 

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Personnalité
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 05:42

moonfleet.JPG

 

Loin des rivages mabusiens, Fritz Lang, dont la carrière est déjà longue comme un jour sans pain, nous offre un magnifique film d'aventures dans cette angleterre du 18eme siècle, dans le hameau de Moonfleet,

 

moonfleet-three-miles.JPG

 

site ténébreux,

 

cimetary-moonfleet.JPG

 

où un certain John Mohune, jeune enfant, cherche un protecteur nommé Jeremy Fox. Tombé entre les mains de coupeurs de gorge,

 

whiteley-boy-little.JPG

 

moonfleet-contrebandier.JPG

 

moofleet-elam-whiteley.JPG

 

le tendron est sauvé par l'arrivée de Stewart Granger,

 

granger-fox-letter-moonfleet.JPG

 

le Jeremy Fox en question,surpris de la missive d'une ancienne fiancée,

 

olivia-mohune-1742.JPG

 

Olivia Mohune, qui lui envoie son fils, John,

 

moonfleet-pirate-caribean-copie-1.JPG

 

en "pension" !

 

Mais Jeremy Fox n'a que faire d'un marmot ! Ce dandy aventurier est un homme à femme,

 

lindfors-viveca-granger-moonfleet.JPG

 

qui aime organiser des fêtes dans son manoir,

 

montevecchi-liliane-moonfleet.JPG

 

entouré d'un aéropage de nobles décadents ! Mais le jeune Mohune, entêté,

 

voyeur-boy-moonfleet.JPG

 

ne s'en laisse pas compter, et va convaincre le sieur Fox,

 

face-to-face-whiteley-granger-copie-1.JPG

 

de l'utilité de sa présence, sous le regard inquiétant de la superbe Viveca Lindfors,

 

viveca-lindfors-moonfleet.JPG

 

Mohune provisoirement adoubé, découvre alors que son nouveau protecteur n'est autre que le chef d'une bande de contrebandiers, ces traîne-savates qui l'avaient recueilli, au début, et qui avaient failli l'éliminer !

 

whiteley-granger-rencontre.JPG

 

Par un curieux hasard, le jeune homme découvre un curieux message, dans un collier d'erain, avec des sentences bibliques, code pour désigner l'emplacement d'un trésor. L'appât du gain attire Jeremy Fox, désireux de partir de Moonfleet,

 

granger-face-moonfleet.JPG

 

pour s'associer avec Lord Ashwood et sa femme,

 

sanders-greenwood-moonfleet.JPG

 

couple de nobliaux sans foi ni loi, qui propose au sieur Jeremy une association malhonnête ! En bisbille avec sa bande de va-nus-pieds,

 

granger-mohune-moonfleet.JPG

 

recherché par la maréchaussée, après la trahison d'une femme délaissée,

 

viveca-lindfors-blue-eyes-moonfleet-copie-1.JPG

 

Jeremy Fox et son jeune acolyte vont, après quelques péripéties, retrouver le trésor,un diamant,

 

granger-major-moonfleet.JPG

 

dans un puit !

 

jon-whiteley-moonfleet-copie-1.JPG

 

Le brillant récupéré, Fox lâche son jeune ami pour rejoindre le duo cupide,

 

diamonds-for-ever-moonfleet.JPG

 

mais l'aventurier, pris soudain de remords, quitte ses faux-amis, une balle dans la peau, pour retrouver John Mohune ! Blessé à mort, il a le temps de lui remettre le diamant, et de faire mine de partir vers de nouveaux horizons, qui lui seront mortels.

 

bye-bye-moonfleet.JPG

 

Les contrebandiers se caractérisent d'abord par de sublimes décors en studio, supervisé par Cedric Gibbons, crédité de 1500 apparitions dans les génériques de la MGM, et par une préciosité des costumes qui rappelle le flamboyant viscontien. Dans ce cadre maniéré et fantastique, se meut cet aventurier de Jeremy Fox, épicurien devant l'éternel, coureur de jupons qui prend le visage du beau Stewart Granger, Don Juan spadassin qui n'a que faire de cette progéniture encombrante ! Evoluant dans un milieu de nobliaux décadents, uniquement guidés par leurs plaisirs, l'aventurier va progressivement se prendre d'affection pour ce petit garçon entêté, dont la franchise enfantine tranche dans son monde de faux-semblants qu'incarne George Sanders,

 

sanders-moonfleet-copie-1.JPG

 

guidé par la seule cupidité !

 

amazing-sanders-moonfleet.JPG

 

Mais c'est dans ce carosse le portant vers de riches horizons, que le sieur Fox, miné par le remord, préféra l'amitié de cet enfant aux carats de ce maudit diamant ! Histoire éminement morale, qui narre la rédemption de cet aventurier au début sans foi ni loi, rendu à l'humanité par l'action d'un enfant ! A noter la présence de la belle suédoise,  Viveca Lindfors, moins connue que ses congénères Garbo ou Ingrid Bergman, qui eut une carrière moins prestigieuse, mais qui se pare d'un regard d'une étrange beauté.

Quant au jeune Jon Whiteley,

 

john-mohune-whiteley-moonfleet.JPG

 

petit rouquin aux yeux facétieux, il est aujourd'hui un spécialiste reconnu de l'histoire de l'art, spécialiste des peintres français, et fait Chevalier des Arts et des Lettres en 2009, comme quoi, la fréquentation de Jeremy Fox lui fut bénéfique !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Aventures
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 05:06
 

mitraillette_kelly-1.jpg

 

Roger Corman, spécialiste du film rapide avec des petits budgets, narrant souvent des histoires exotiques comme cette "Attaque des crabes géants", se lance, avec Mitraillette Kelly, dans le film noir. Inspiré de la vie de George Kelly, malfrat sévissant lors de la grande dépression, Corman met en scène un couple crapuleux, bien avant Bonnie and Clyde d'Arthur Penn, Charles Bronson, dans le rôle de Machine Gun Kelly et Susan Cabot, la vamp de service, habituée des productions Corman.

 

bronson-angry.JPG

 

George et Flo forment un duo criminel qui toise la Police,

 

cops.JPG

 

et recherche à faire un gros coup. George apparaît comme un dur à cuire, avec son visage buriné,

 

bronson-visage.JPG

 

et sa mitraillette !

 

magine-gun-bronson-kelly.JPG

 

Il en impose à sa bande de truands, dont Harry,

 

man-puma.JPG

 

un tenancier psychopathe qui aime les pumas !

 

puma.JPG

 

La bande de loufiats imagine une attaque de fourgon blindé, mais au dernier moment, Bronson fait capoter l'affaire, à cause d'un corbillard et d'un cercueil qui l' ont effrayés ! Car dans ce couple vénéneux, les apparences sont trompeuses, et le viril George, qui a peur des morts, est sous la coupe de Susan Cabot, véritable leader du groupe.

 

bronson-smile-cabot.JPG

 

Les attaques de banque étant trop dangereuses, la bande se rabat sur le kidnapping d'une enfant,

 

bronson-gagnster-kelly-cabot.JPG

 

mis en confiance par la présence d'une femme,

 

little-girl.JPG

 

et par la gentillesse apparente de George.

 

bronson-kidnapping.JPG

 

Le rapt réussi, l'histoire se transforme en huis-clos, véritable calvaire pour Bronson, qui se fait humilier par une Susan castratrice et son homme de main !

 

cabot-richard-devon.JPG

 

Le pauvre George n'aura que son phallus d'acier, sa mitraillette, pour se faire respecter !

 

je-te-coupe-en-deux.JPG

 

Traqué par Flo, qui le met plus bas que terre,

 

bronson-little-girl.JPG

 

toisé par Apple,

 

bronson-knife.JPG

 

George "Machine Gun" Kelly apparaît nu, sans son outil de prédilection, aboulique et totalement asservi à la volonté de sa femme !

 

cabot-vamp-bronson.JPG

 

On oublie vite la jeune fille et sa nurse,

 

bronson-nurse.JPG

 

pour s'appitoyer sur le triste sort de George, humilié par sa femme,

 

cabot-susan.JPG

 

et sa belle-mère !

 

mom-kelly.JPG

 

Repéré par la Police, George n'aura même pas le courage de se défendre,

 

kelly-cabot-devon-mitraillette.JPG

 

laissant aux autres le soin de canarder les flics,

 

dekova-killer.JPG

 

et rendant les armes sans combattre !

 

bronson-peur.JPG

 

Préférant, à la limite, la justice des hommes à celle de sa femme !

 

kelly-the-end.JPG

 

Singulier film que Machine Gun Kelly, qui n'est pas du tout un film d'action comme l'annonce avec fanfare l'affiche, mais un huis-clos psychologique, très freudien, qui met en scène un truand couard, sous la coupe de sa castratrice de femme ! Ici, la mitraillette joue évidemment un rôle phallique, un appendice viril pour ce pauvre George qui n'a que ça pour affirmer sa virilité face à une Susan Cabot au charme vénéneux. Film assez mysogine, puisque présentant la femme comme une prédatrice manipulatrice, Corman avait peut-être un compte à régler avec sa mère ! Curieusement c'est avec ce rôle de lâche que Bronson sera consacré,

 

bronson-face.JPG

 

lui, qui collectionnera par la suite, les rôles de "dur à cuire" et de justicier ! Il est par contre étonnant que Susan Cabot, superbe en "mégère non apprivoisée", n'ait pas eu une carrière à la mesure de son talent.

 

susan-cabot-visage-pinup.JPG

 

Car plus que Bronson, c'est elle qui crève l'écran et qui donne à cet opus cormanien ce "je ne sais quoi" de diabolique  et ce "presque rien" d'érotisme sur la musique jazzy de Gerald Fried. Mais la jeune actrice, abandonnera le cinéma l'année suivante et mourra tragiquement, assassiné, en 1986.

Une mention spéciale, aussi, à Frank De Kova, l'homme de main à la trogne cabossée qui hébergeait dans sa station service, un puma ...

Quant à Charles "Machine Gun" Bronson,

 

mitraillette-kelly-bronson.JPG

 

ce film lancera sa carrière, et il enchaînera, la même année, avec les 7 Mercenaires d'un certain John Sturges !

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Film noir
commenter cet article
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 07:49

the-deer-hunter.JPG

 

Patelin industriel en Pensylvannie,

 

deer-huntrer-opening.JPG

 

 

ouvrier maniant un chalumeau,

 

steel-hunter.JPG

 

Cimino plante son décor dès le début, entre les cheminées d'usine et le pub où une bande d'amis qui travaillent dans la même usine se détentent.

 

cazale-glass-drink.JPG

 

John Cazale, dont ce sera le dernier film, puisqu'atteint d'un cancer des os, durant le tournage, trinque avec ses amis,

 

de-niro-song.JPG

 

dont De Niro et Christopher Walken.

 

niro-walken-beer.JPG

 

Une grande fête se prépare, puisque Steven Pushkov, joué par John Savage, doit se marier.

 

cazale savage hunter

 

 

L'occasion pour Cimino de filmer une interminable scène de mariage, en s'inspirant, certainement, de la scène d'ouverture du Parrain,

 

marry-marriage-savage-walken.JPG

 

au cours de laquelle Nick//Walken fera sa demande à Linda//Meryl Streep.

 

streep-walken.JPG

 

Cette évocation festive du destin d'une petite communauté russe, en pleine Pensylvannie industrielle, fait ressortir la solidarité heureuse de ses membres, au travers de cette bande de potes qui ne rechigne pas à lever le coude,

 

niro-friend.JPG

 

et à interpeller un soldat,

 

niro-savage-walken.JPG

 

qui revient du Viet-Nam !

 

beret-vert.JPG

 

La nouba se finit, et la troupe avinée se décide à partir chasser, 

 

de-niro-car.JPG

 

occasion pour le réalisateur pour nous montrer le contraste entre cette industrielle cité,

 

usine fog

 

et cette nature immaculée.

 

on-the-road.JPG

 

john-cazale-mountain-niro.JPG

 

Scène de chasse qui soude cette amitié virile,

 

fusil-niro.JPG

 

fire-niro.JPG

 

et relie cette communauté à cette Terre de Pensylvannie !

Brutalement le décor change, et de ses montagnes, De Niro//Michael Vronsky se retrouve dans la jungle vietnamienne

niro-gi-s.JPG,

 

à griller du vietcong avec son lance-flamme ! Contraste saisissant, rupture narrative qui nous plonge dans les horreurs de la guerre, loin de la douce Pensylvannie ! Fait prisonnier, avec Nick et Steve, reclus dans une cage plongée dans une rivière,

 

walken-niro-river.JPG

 

à regarder des géôliers faire jouer des prisonniers à la roulette russe !

 

de-niro-eyes.JPG

 

roulette-russe.JPG

 

Steven, Nick puis Michael y passeront ...

 

vietcong-minh.JPG

 

de-niro-roulette-russe.JPG

 

sous le regard effrayé de ses amis !

 

hands-savage-prison.JPG

 

S'en sortant miraculeusement, la guerre du Viet-Nam se résumera à cette partie de roulette russe qui résumera l'atrocité de la guerre et permettra à Cimino, avec ce procédé narratif, de s'éviter de longues scènes guerrières. "Voyage ..." n'est en fait pas un film de guerre, mais une histoire sur les effets de la guerre !

Car lorsque Michael retournera dans son bled, dans son Amérique profonde,

 

usine

 

pour retrouver les amis et la famille,

 

welcome-home-michael.JPG

 

et notamment Linda, dont il était secrètement amoureux,


window-man-niro.JPG

 

meryl-streep-amazing.JPG

 

la communauté aura été profondément boulversée et les retrouvailles heureusement tristes,

 

cazale-dzundza-niro-vegetable.JPG

 

au son d'un requiem émouvant.

 

cazale-dzundza-piano.JPG

 

Car la guerre a meurtri les jambes de Steve

 

savage-de-niro.JPG

 

assis dans un fauteuil roulant pour le restant de sa vie ! Nick reste introuvable, et, pour Michaël, la quête va commencer, finissant dans un bouge de Bangkok,

 

de-niro-face.JPG

 

autour d'un flingue,

 

dollar-gun-beer.JPG

 

et une assistance déchaînée pariant sur les vainqueurs de partie de roulette russe, encore elle !

 

walken-de-niro-red.JPG

 

Michael essaie de convaincre son ami Nick de ne pas y aller, allant même jusqu'à y participer,

 

niro-russian-roulette.JPG

 

mais rien n'y fera ...Nick, détruit psychiquement par la guerre, ne sera plus qu'un robot lobotomisé,

 

walken-roulette-russe.JPG

 

qui devra nécessairement trépassé !

 

russian-roulette.JPG

 

Moment paroxystique du film, ce duel à la roulette entre les deux amis, l'un se prêtant au mortel jeu, pour essayer de sauver l'autre, en vain !

 

Retour en Pensylvannie, dans une Eglise orthodoxe,

 

pretre-bougie.JPG

 

pour l'enterrement de Nick, scène tragique répondant au bonheur partagé du début. Repas funèbre réunissant tous les amis,

 

DEer-hunter-end.JPG

 

dernier trinquage en l'honneur de Nick,

 

dzundza-de-niro-drink.JPG

 

et le voile tombe sur histoire d'hommes !

Film sorti en 1979, presque au même moment qu'Apocalyspe Now, de Francis Ford Coppola, cet opus se distingue de son prestigieux homologue, primé à Cannes, par son intimisme singulière, tranchant avec le lyrisme wagnérien du premier ! Film sur les effets de la guerre, détruisant une petite communauté russe en Pensylvannie, The Deer Hunter n'est aucunement un film d'action guerrier, mais une évocation douce-amère sur l'implosion discrète d'une bande d'amis, soumis aux horreurs du conflit vietnamien, qui va crescendo, du mariage festif du début, à l'enterrement ému de la fin. Aux majestueux paysages montagnards d'Amérique, répondra cette roulette russe, allégorie de la guerre et fil conducteur du film, un peu trop présente et répétitive à mon goût, Cimino sombrant dans l'hyperbole un peu lourde, qui n'avait pas lieu d'être.

La scène du début est un peu longuette, pour ne pas dire interminable, occupant près du tiers du film, qui a le mérite d'ancrer l'histoire dans une communauté humaine, mais qui plombe un peu l'histoire par sa langueur monotomne !

Il n'en reste pas moins que le film reste une réussite, même si il a un peu vieilli, avec son tempo pianissimo qui peut servir de bon somnifère !

L'évocation de cette ville ouvrière avec cette communauté russe est émouvante, dans le bonheur comme dans le malheur, et la scène finale, où tous les amis se retrouvent autour d'une table, honorant la mémoire de Nick, illustre la solidarité sourde qui relie ces hommes et ces femmes, qui ne se laisseront pas abattre par la disparition tragique d'un des leurs !

 

robert-de-niro.JPG

 

christopher-walken.JPG

 

john-savage.JPG

 

meryl-streep-smile.JPG

 

john-cazale.JPG


george-dzundza.JPG

 

chuck-aspegren.JPG

 

Il se dégage, encore aujourd'hui, une profonde nostalgie, de The deer hunter, évocation d'un paradis perdu détruit par la guerre, sous la musique de Stanley Myers.

 

 

 

 

 

 


 


 


 


 


 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Drame américain
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 05:43

peau-autre.JPG

 

Avant de devenir le réalisateur attitré d'Alain Delon dont la magnifique Piscine, puis de Belmondo, Jacques Deray avait commencé dans le film d'espionnage très "Guerre froide". Après du Rififi à Tokyo, avec Karl-Heinz Böhm, le François-Joseph de Sissi, voici qu'en 1966, il nous narre une histoire d'agent double à Vienne. L'intérêt de cet opus, tient surtout à son casting qui réunit quelques unes des meilleures ganaches du cinéma français de l'époque. Lino Ventura, très sobre,

 

ventura-face.JPG

 

vient dans la capitale autrichienne pour tester un de ses agents, joué par Jean Bouise, comédien atypique par son physique,que Besson consacrera une dernière fois dans son Grand Bleu.

 

bouise-face.JPG

 

Margery, dit "le boiteux", mène donc une curieuse sarabande, que Lino essaie de déchiffrer. Mystérieux, même au téléphone,

 

bouise-phone-telephone.JPG

 

ventura-phone-telephone.JPG

 

le boiteux se montre visqueux comme une anguille !

 

bouise-ventura-red.JPG

 

Un avocat d'affaires, joué par Jean Servais, celui du Riffifi chez des hommes, de Dassin, dont Deray fut l'assistant,

 

jean-servais.JPG

 

joue aussi un jeu bien curieux et est en contact avec un certain Chalieff, interprété par Wolfgang Preiss, l'allemand de service, joueur d'échecs à ses heures perdues,

 

chess-wien-preiss.JPG

 

et qui exerce une certaine pression sur Bouise le boîteux,

 

wolfgang-preiss.JPG

 

 en détenant sa régulière !

 

bouise-visage.JPG

 

Vous suivez ? L'avocat Servais va alors tromper ce brave Lino, en simulant une mort,

 

servais-ventura-kill.JPG

 

Ventura y perd son latin ...Cette canne appartient-elle à Margery,

 

ventura-cannes-canne-M.JPG

 

ou à l'avocat Weigelt ?

 

ventura-cannes-canne-W.JPG

 

Tourneboulé par tout ce charivari, Lino prend un coup de sang et va fouiner du côté de la masure de l'avocat soi-disant occis, où il maîtrise un majordome filiforme.

 

haut-les-mains.JPG

 

Il découvre alors que Servais/Weigelt est toujours bien vivant,

 

ventura-ire-colere-servais.JPG

 

avouant qu'il a essayé de le tromper, sur ordre de Chalieff ...

 

servais-regard.JPG

 

Le regard mauvais de Weigelt transperce notre bon Lino !

L'affaire se finit dans un aéroport, où un douanier, joué par Reinhard Kolldehoff, au physique de catcheur, sosie d'Adolfo Celi,

 

Reinhard-Kolldehoff.JPG

 

toise notre agent secret, qui, se faisant passer pour Margery, se fait remettre une valise de talbins par un chinois ...

 

grisbi-talbin-fric-flouze.JPG

 

Puis après quelques bastos envoyées pour annihiler le "péril jaune", Lino s'en va, avec Marilu Tolo, vers un horizon incertain ...

 

ventura-voiture-car.JPG

 

marilu-tolo.JPG

 

Vous aurez compris que si ce film est resté anonyme, c'est qu'il ne brille pas par son excellence. Avec un tempo pianissimo, qui ressemble à du Melville, sans le talent du dernier, on a tendance à piquer du nez en écoutant les dialogues interminables qui ronronnent doucement ...Cet opus d'espionnage bavard, anti-James Bond par excellence et très John Le Carré, pêche par son manque d'énergie et son scénario alambiqué, pourtant écrit par José Giovanni !

Mais il reste une pléiade d'excellents acteurs, qu'on a plaisir à retrouver, que Deray, comme le Titien, portraitisent avec talent et la BO jazzy de Michel Magne !

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Polar français
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 09:21

basil-poledouris-crom.JPG

 

Ma rencontre avec Basil Poledouris se fit au cinéma Cézanne, à Aix en Provence, au printemps 1982, lorsque qu'avec un collègue, Francis Rava, j'entendis, pour la première fois, Anvil of Crom, la musique du générique de Conan le Barbare, de John Milius, qui lança la carrière de Schwarzy !

 

 

Plus beau film d'Heroic Fantasy avant le Seigneur des Anneaux, l'opus de Milius se distingua par une scène d'ouverture cultissime, où un village se faisait ravager par les troupes ténébreuses de Thulsa Doom, joué par un "tremendous" James Earl Jones !

thusla-doom-jones-triolisme.JPG

 

Mais la complainte de Conan se muera à vengeance impitoyable !

Enjoy Riddle of Steel et Riders of Doom ...

 

 

La Bande Originale de Conan le Barbare, dont le souffle épique magnifiera la geste guerrière du cimérien, lancera la carrière de Poledouris. Conan le destructeur, Robocop, La Chair et le sang, A la poursuite d'Octobre Rouge, Piège à grande vitesse, Starship Troopers, mais aucune de ces BO n'égalera celle de Conan !
Basil Poledouris est décédé en 2006.


 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Personnalité
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 08:58

chuncho-damiani.JPG

 

Un aparté avant de commencer la présentaion du film de Damiani. Imdb désigne le film comme "El Chuncho, quien sabe ?", alors que la versoin que j'aie dénomme le film; "El Chucho, quien sabe ?", sans "n". L'appelation "El Chuncho" a été reprise par le monde francophone, mais il me semble qu'Imdb fait une erreur, car, en espagnol, "El Chucho" signifie "le cabot", alors que l'expression "El Chuncho" ne veut rien dire !

Passés ses préliminaires sémantiques, le film de Damiano Damiani nous plonge dans la Révolution mexicaine et se veut, sous des dehors légers, une réflexion sur la figure du "révolutionnaire". Thématique à la mode, dans les années 60-70, dans le cinéma italien et plus particulièrement dans le western spaghetti, avec des films comme Le dernier face à face de Sergio Sollima (1967), Tepepa de Giulio Petroni (1969) ou le cultissime Il était une fois la Révolution, de Sergio Leone, en 1971.

Le cinéma italien de l'époque, très politisé, s'appuyait sur des scénaristes de gauche, comme Franco Solinas, qui travailla sur le très controversé film de Pontecorvo, La bataille d'Alger, longtemps interdit en France, ou l'Assassinat de Trotsky et qui écrivit le scénario d'El Chucho.

Gian Maria Volonte, dit El Chucho, sort juste de ses deux opus léoniens, Pour une poignée de dollars et Pour quelques dollars de plus, où il jouait un chef de bande mexicain, ténébreux et violent, et reprend,ici, un rôle similaire, comme chef d'une bande de révolutionnaires mexicains.

 

volonte-laugh-smile.JPG

 

Leader charismatique, El Chucho mène sa troupe avec bonhommie et violence, pour récupérer des armes pour le général Elias, un des leaders de la révolution mexicaine. La scène initiale suprend par sa violence tranquille, puisque le militaire porté en croix, mis sur la voie ferrée pour arrêter un train gouvernemental,

 

train-attack.JPG

 

sera écrasé par la locomotive,

 

capitaine-mexique.JPG

 

pour fuir la bande d'El Chucho !

 

gian-maria-volonte-cri.JPG

 

Peine perdue, puisque les révolutionnaires arrêteront le train, massacreront les militaires gouvernementaux et s'empareront des armes. Mais dans ce train, Gian Maria Volonte va tomber sur un curieux gringo,

 

nino.JPG

 

habillé en costard-cravate, un blondinet qui semble égaré dans ces dangereuses contrées mexicaines, personnage incongru dans ce paysage désertique ! Le gringo, joué par Lou Castel, dit être recherché en Amérique du Nord et propose au mexicain de se joindre à sa bande. El Chucho ne refuse pas la proposition, puisqu'un bon tireur ne se refuse pas !

 

volonte-etonne.JPG

 

Mr Tate, surnommé "nino", se joint donc à la bande, composé du frère du chef, un moine illuminé, joué par Klaus Kinski,

 

Kinski-mexique.JPG

 

un couple mené par la volcanique Adelita,

 

pepito-pepita.JPG

 

et quelques autres sombreros !

Tout le film va tourner autour des motivations mystérieuses de Nino, "golden boy" gominé perdu dans cette horde de va-nus-pieds !

 

blanco nino

 

 Le yankee dans son habit de banquier, froid comme la pierre,  silencieux et imperturbable, tranche avec la personnalité volcanique de Chucho, révolutionnaire-bandit au grand coeur, qui ne se prive pas de piller, massacrer et violer,

 

chucho-face.JPG

 

incarnant l'ambiguité du révolutionnaire-paysan, visant des objectifs humanistes en utilisant des moyens violents !

Car Chucho est un homme du peuple, élevé dans l'aride pampa mexicaine brûlé par le soleil, issu de ce petit peuple de "peones" exploité par les grands propriétaires terriens !

 

es-el-pueblo-nino.JPG

 

Malgré des coups de main audacieux, faits par la bande,

 

moustache-bandido-volonte.JPG

 

kinski-cri.JPG

 

attaquant les forces gouvernementales,

 

mexique-general-barbe.JPG

 

avec une "pasionaria" qui donne le coup de feu,

 

chica.JPG

 

et un Chucho hystérique dans l'action,

 

rire hysterique hysteria

 

l'attitude énigmatique de "Nino" irrite le mexicain ...

 

gian-maria-sleep.JPG

 

et provoque des tensions dans la bande.

 

nino-versus-chucho.JPG

 

Le nord-américain est bien trop différent de ces "hombres" et évite même le viol d'une bourgeoise ...

 

bourgeoise.JPG

 

malgré les éclairs lancés par Adelita !

 

hija-mexicana.JPG

 

Chuncho se fait de plus en plus méfiant lorsqu'il découvre une balle en or, dans le sac du yankee,

 

gold-bullet.JPG

 

et ne croit pas un seul instant les explications de son curieux compagnon ...

 

nino-blanco-yankee.JPG

 

La bande se délite, les morts s'accumulent,

 

woman-cry.JPG

 

sous le regard de la belle Martine Beswick. Mais Chucho arrive à livrer les armes au général Ellias,

 

general-elias.JPG

 

qui l'accuse d'avoir trahi la révolution et le condamne à mort,

 

chucho-volonte-mange-eat.JPG

 

peine que le révolutionnaire accepte sans broncher. Mais c'est là que la "balle en or frappa le général" (A bullet for a general sera d'ailleurs le titre en anglais !)

 

bala-de-oro.JPG

 

 

et que Chucho sut enfin les motivations de Nino ...

 

winchester-bullet.JPG

 

chacal-killer.JPG

 

Tueur à sang froid agissant par cupidité, payé par le gouvernement pour occire un des chefs de la Révolution ...Le cynisme de Mr Tate, gentleman killer, dont la seule morale se résume à l'argent,

 

blanco-gringo.JPG

 

va alors s'opposer à l'idéalisme désintéressé d'un Chuncho, qui ne succombera qu'un temps aux ors du luxe et de l'argent,

 

chucho-idealiste-idealist.JPG

 

fasciné un instant par cette vie de jouissance oisive, mais qui, à la fin,  ne pourra pas trahir ses idéaux de justice et d'égalité qui ont guidé sa vie, délaissant la perspective d'une vie facile pour retrouver la révolution, et occire, en définitive, le calme et cynique "Nino" ...qui ne comprend pas l'acte fou de Chucho ...que de refuser tout cet argent au profit d'une cause incertaine !

 

hay-que-te-matas.JPG

 

en hurlant cette incise à la face du monde:

"N'achetez pas du pain, mais de la dynamite !"

 

et s'enfuir vers un avenir incertain mais peut-être meilleur !

 

quien-sabe-end.JPG

 

La morale est donc sauve, et l'idéalisme du révolutionnaire, un temps mis à mal par l'argent du nord-américain, ne se laissera pas soudoyer par la perspective d'une vie de cocagne !

Le film de Damiani est donc structuré avec l'opposition Chucho//Nino, jusqu'à la caricature ! L'un paysan bourru, l'autre, homme d'affaire sophistiqué. L'un autant révolutionnaire que bandit, l'autre, tueur professionnel aux allures de banquier ... Mais le réalisateur évite de trop tomber dans les clichés ...car malgré cette opposition manichéenne entre deux archétypes, Chuncho, le paysan au grand coeur, peut aussi sombrer dans des excès de violence gratuite, tuant sans remords, alors que Nino peut aussi avoir des accès d'humanité, lorsqu'il empêche la bourgeoise de se faire violer .. Les personnages, comme souvent dans le western spaghetti, sont traversés par des attitudes ambigues, agissant le plus souvent, par cupidité et cynisme, donnant l'image d'un homme profondément pourri, ce qui tranche avec le moralisme du western classique américain. Malgré tout, la morale sera sauvée, puisque Gian-Maria, un temps tenté, refuse de se vendre pour tout l'argent du monde, et retournera à sa passion première: La Révolution !!

 

 

 

 

 

 

 



Repost 0
Published by Tietie007 - dans Western italien
commenter cet article
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 07:21

ne-nous-fachons-pas.JPG

 

Ne nous fâchons pas, mis en scène par Georges Lautner, en 1966, est dans la droite lignée des Pissenlits par la racine et des Tontons flingueurs, farces policières délirantes portées par une galerie de comédiens inspirée et par les dialogues savoureux de Michel Audiard ! Ici, on retrouve donc ces "gueules" de seconds rôles qui ont fait la richesse du cinéma français de l'après-guerre, comme André Pousse, cycliste reconverti, et dans le film "représentant en souvenirs",

 

pousse-bandit.JPG

 

le fidèle Robert Dalban, le "Yes, Sir", des Tontons, ici en embaumeur officieux,

 

dalban-gare.JPG

 

et la future voix de Columbo, Serge Sauvion, dans le rôle du commissaire qui entend les explications de Ventura//Antoine Beretto, au début,  concernant les coups portés sur trois automobilistes !

 

sauvion-colombo.JPG

 

Mais le coeur de l'histoire est une redite de la "guerre de cent ans", reformulée par Michel Audiard et  Georges Lautner, entre le colonel McLean et ses Beatles

 

duggan mclean

 

 

anglais "so british", et Antoine Beretto, truand retiré des affaires et désormais honnête commerçant à Collioure,

 

nietsche-ventura.JPG

 

accompagné de son fidèle Jeff, restaurateur, spécialiste du Homard, sur la Riviera !

 

constantin-duggan.JPG

 

L'objet du litige entre les français et l'anglais ? Un certain Léonard Michalon, joué par l'ineffable Jean Lefebvre,

 

michalon-lefebvre.JPG

 

faux bênet,

 

michalon-lefebvre-face.JPG

 

et vrai escroc,

 

lefebvre-colere.JPG

 

qui profite de  sa tête de "ravi du village",

 

lefebvre-cul.JPG

 

  pour repasser les gogos du tiercé, en leur refilant des tuyaux bidons !

 

michalon-angry.JPG

 

Le Léonard va vite se révéler un gros boulet, menteur comme un arracheur de dents,

 

michalon-cognac.JPG

 

défendu, à l'insu de son plein gré, de la furia britannique,  par Antoine Beretto, qui doit récupérer quelques talbins que lui doit le bonhomme !

Mais voilà, le colonel McLean veut aussi voir le sieur Michalon, et celui-ci n'est guère d'accord,

 

michalon-ventura-main.JPG

 

faisant tourner en bourrique Jeff//Michel Constantin,

 

constantin-lefebvre-michalon-toro.JPG

 

et Lino Ventura !

 

ventura-marre.JPG

 

Quelques baffes vont alors convaincre le Léonard, fléau des temps modernes, d'aller faire un petit tour chez les anglais, au cap d'Antibes en échange d'un protégé du Colonel !

 

british-riviera.JPG

 

Mais voilà, celui-ci à des projets qui ne sont  pas très catholiques,

 

tumb tombe tomb

 

et ce malin de Michalon le pressent assez vite,

 

michalon-lefebvre-death.JPG

 

profitant d'une fête villageoise,

 

vin-var-wine.JPG

 

pour prendre la poudre d'escampette et se noyer dans la dive bouteille !

 

Le "so British" McLean,

 

beatles-duggan.JPG

 

et ses Beatles,

 

colonel-british.JPG

 

ont aussi prévu quelques joyeusetés pour Antoine et Jeff, qui gardent leur otage d'anglais !

 

ventura-constantin-lunette.JPG

 

Le "garçon dans le vent",

 

british-eyes.JPG

 

a emmené avec lui une montre un peu spéciale,

 

quinte-bombe-poker.JPG

 

qui peut faire "boom" après un savant réglage !

 

eyes-green-yeux-vert.JPG

 

Nos deux compères comprennent le petit manège, après un saut de l'ange de l'anglais, renvoyant le joujou explosif à l'envoyeur !

Lino//Beretto, comprend vite que son Léonard est en danger, et se rue avec une Renault 8 Gordini, chez le colonel, où il est reçu avec une poignée de plombs !

 

simca-1000-pneus.JPG

 

Mais le duo d'anciens truands va malgré tout retomber sur un Michalon aviné,

 

michalon-ivre-drunk.JPG

 

qui va se prendre une nouvelle soupe de phalanges !

Tout penaud après sa cuite carabinée,

 

venezuela-chavez-ventura-lefebvre.JPG

 

Léonard se la joue profil bas,

 

michalon-flower.JPG

 

pour ne pas couper l'appétit d'un Ventura excédé par les frasques du guignolo aux airs de chien battu !

 

ventura-lefebvre-vin.JPG

 

Au son de la musique de Bernard Gérard,

 

contrebasse-british.JPG

 

guitare-beatles.JPG

 

la guerre va alors commencer,

 

go.JPG

 

avec un Colonel McLean qui va se la jouer Wellington,

 

v-victory.JPG

 

mobilisant ses hordes de Beatles déchaînés !

 

british-army.JPG

 

Un véritable Blitz va se déchaîner sur nos français, avec des boums,

 

ventura-haig-explosion.JPG

 

et autres explosions multiples et variées,

 

explosion-car-voiture.JPG

 

qui vont rendre la vie infernale à notre trio !

 

lefebvre-ventura-constantin-terre.JPG

 

C'est alors le Léonard qui va proposer d'aller se réfugier chez sa femme,

 

michalon-cigarette-casanis.JPG

 

Mme Michalon,

 

constantin-ventura-lefebvre-cigarette.JPG

 

devant un duo ébahi ! Quoi, ce boulet  aurait une femme ? Après maintes négociations, Lino//Beretto réussit à convaincre la donzelle de recevoir son fléau de mari !

 

guerre-froid-cold-war-darc-lefebvre.JPG

 

Retraite campagnarde, à Villeneuve-Loubet, qui va donner un peu de répit au trio, et nouer une jolie relation entre Mireille Darc,

 

ail-darc.JPG

 

et Beretto !

 

ventura-visage.JPG

 

Mais voilà, l'anglais ne laisse pas tomber,

 

british-cagnes-mer.JPG

 

et faute de négociation, le trio va passer à l'action !

 

et-pan.JPG

 

Les anglais vont alors tellement morfler,

 

2-cv.JPG

 

que le colonel va demander une paix !

 

ventura-british.JPG

 

Un dernier swing l'envoyant en enfer ...

 

golf-swing.JPG

 

sous l'oeil goguenard de nos deux compères !

 

constantin-ventura.JPG

 

Débarassés des britishs, le nouveau trio n'arrivera pas à se débarasser du fléau Michalon, viré par la porte d'entrée mais qui reviendra par la fenêtre !

 

darc-skull.JPG

 

Ne nous fâchons pas est donc une comédie policière totalement délirante, avec des dialogues d'Audiard jouissif, une musique beatlesque de Bernard Gérard, un trio Ventura/Constantin/Lefebvre hilarant, avec un Léonard Michalon, vrai star du film, faux-benêt et vrai boulet, qui déchaînera une nouvelle guerre de cent ans ! Il faut rendre ici hommage à Jean Lefebvre, auteur d'une géniale interprétation, certainement la meilleure de son irrégulière carrière, qui est resté dans les Mémoires !

La réalisation de Lautner est aussi bourré de clins d'oeil, avec ses nombreux gros-plans léoniens, son ironie mordante concernant les anglais, avec un Tommy Duggan dans un rôle de composition génial, poussant sa britisherie jusqu'à la caricature !

Il ne faut pas oublier tous ces seconds rôles aux gueules pas possibles, qui faisaient la richesse du cinéma français des années 50-60, très loins des acteurs formatés par les cours Florent, qui produisent, à la chaîne, des minets issus de la bonne bourgeoisie française ...certainement bon comédiens, mais tellement lisses par rapport aux Ventura, ancien catcheur, Constantin, ancien volleyeur ou un André Pousse, ancien cycliste ! Le cinéma français a gagné en professionnalisme ce qu'il a perdu en potentiel créatif, et d'une certaine manière, s'est coupé de la réalité populaire qu'il reflétait mieux, dans les années 50 et 60, réservant désormais ses atours à une petite caste de privilégiés, qui a annexé le cinéma depuis une trentaine d'années !

 

 

 

 

 

 


 


 


 


 


 


 

 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Comédie française
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 06:45

columbo-falk.JPG

 

Imper crasseux, cigare consummé, veille 403 pourrie,

 

403-columbo.JPG

 

l'inspecteur Columbo, flic atypique et un peu ridicule, au permier abord, passait pour un rigolo, au début, auprès des coupables de la série ! Mais ce gnafron présumé, avec ses histoires de chien et de femme qui n'en finissaient plus, était un logicien hors pair, qui arrivait toujours à coincer les meutriers qui croyaient avoir fait le crime parfait !

C'est en 1971 que la série commença vraiment, avec un épisode, Murder by the book, réalisé par un certain Steven Spielberg !

La série se distinguait par deux éléments récurrents. Au niveau du casting, le meurtrier était un acteur connu, voire une star sur le déclin, et sur le plan narratif, les épisodes commençaient toujours par le meurtre, exécuté par un meurtrier connu des téléspectateurs. Le coeur de l'épisode relatant la manière dont Columbo allait résoudre l'affaire et coincer le coupable. Il est d'ailleurs étonnant qu'une série avec si peu d'actions et tant de verbiages colomboesque ait eu tant de succès, puisque la moitié des épisodes se résumaient souvent à des monologues du fûté inspecteur, sur des sujets aussi divers que sa femme ou son chien !

 

columbo-chien-dog.JPG

 

 La saison 1 ayant bien fonctionné, la saison 2 se pare d'acteurs plus prestigieux, comme son ami John Cassavettes,

 

cassavettes-columbo.JPG

 

chef d'orchestre qui se fera choper pour avoir oublié un oeillet à la boutonnière,ou Ray Milland, le mari de Grace Kelly, dans le Crime était presque parfait d'Hitchcock.

 

milland-kelly-hitchcock-phone.JPG

 

Mauvais meurtrier, Ray, puisque tu t'es fait choper par deux fois !

Personnellement, j'aime bien aussi l'épisode de la saison 2, The most dangerous game, de 1973, qui narre un meurtre dans le milieu des échecs, profitant de l'écho extraordinaire de la victoire de l'américain Robert James Fischer, à Reykjavik, en 1972, sur le soviétique Boris Spassky pour le titre mondial.

 

columbo-chess.JPG

 

Peter Falk était un fin connaisseur des 64 cases, et il dut être conquis par cet épisode là !

A noter que les deux compères de la série des Mystères de l'Ouest, Robert Conrad et Ross Martin,

 

martin-conrad-wild.JPG

 

furent tous les deux, des meurtriers en chef, dans un épisode. Artemus Gordon, dans la saison 1, dans l'épisode Plein Cadre,

 

columbo-ross-martin.JPG

 

et James West, dans la saison 4, l'épisode Exercice Fatal.

 

milo-conrad-columbo.JPG

 

Il serait trop long de citer les célébrités qui ont tourné dans un épisode de Colombo, à l'image des héros des Mystères de l'Ouest, beaucoup d'acteurs de séries télévisées, comme William Shatner (Captain Kirk dans Star Trek), Léonard Nimoy (Spoke dans Star Trek), Patrick McGoohan (Le prisonnier), Patrick McNee (Chapeau Melon), Robert Culp (les espions), Ricardo Montalban (l'île fantastique),  mais aussi des stars de cinéma comme Janet Leight (Psychose), Sal Mineo (La fureur de vivre), Donald Pleasance (Le spectre), Robert Vaughn (Les 7 mercenaires), Louis Jourdan (Octopussy), Mako (Conan le barbare), bref, c'était toujours une guest star qui rendait la pareille à l'inspecteur Columbo !

Mais la carrière de Peter Falk ne se résumait pas au personnage du célèbre inspecteur, puisque que depuis La Forêt interdite de Nicolas Ray, en 1958,

 

falk-cigare-wood.JPG

 

aux Ailes du Désir, de Wim Wenders, en 1993,

 

falk-wenders.JPG

 

Peter Falk aura tourné dans des dizaines de films !

Mais c'est sans conteste sa collaboration avec John Cassavettes, qui commença avec Husbands, en 1970,

 

falk gazzara cassavettes

 

avec un autre acolyte, Ben Gazzara, trio alcoolisé qui donnera de superbes films,

 

falk-gazzara-cassavettes-copie-1.JPG

 

comme une Femme sous influence (1974), Opening Nights (1977) et Big Trouble en 1986.

 Ce grand épicurien de Peter s'en est donc allé, et j'imagine les apéros qu'il se tapera avec John, au Paradis des saints buveurs !

 

 

 

 

 


 


Repost 0
Published by Tietie007 - dans Personnalité
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 06:17

sand pebbles wise

 

La canonnière du Yang-Tsé de Robert Wise, grande fresque historique se situant en 1926, en Chine, narre le choc des civilisations entre l'Occident et l'Empire du Milieu, en proie à une guerre civile entre nationaiistes et communistes.

C'est dans ce cadre que le soldat Holman, mécanicien de son état,

 

sand-pebbles-mcqueen-marin.JPG

 

joué par Steve McQueen, arrive dans la fourmilière chinoise, pour embarquer sur le San Pablo, canonière américaine qui croise sur le fleuve jaune. Il croise un duo de missionnaires, Mr Jameson et la jolie Shirley Eckert, institutrice en mal d'aventure, 

 

sand-pebbles-candice-bergen.JPG

 

qui oeuvrent à l'évangélisation et à l'éducation du peuple chinois, le premier stigmatisant l'impérialisme occidental et l'appétit cupide des nations européennes en Chine.

sand-pebbles-repas.JPG

 

Au cours d'un repas inaugural où les jouvenceaux feront connaissance, se nouera l'enjeu du film , entre l'histoire, la grande, qui plongera la Chine dans une guerre civile et, la petite, qui narrera des destins singuliers, dans la tourmente chinoise.

Jack Holman est un simple soldat qui a les préjugés de l'occidental sur les chinetoques En mission depuis plusieurs années en Chine, cette mission sur le San Pablo qui sera sa dernière, va le transformer au contact de la jolie institutrice.

Mais le devoir l'appelle, et son nouveau bateau l'attend,

 

sand-pebbles-night.JPG

 

ainsi que le commandant de bord, joué par Richard Crenna, et son second,

 

sand-pebbles-officer.JPG

 

incarnant l'ordre militaire sur cet esquif perdu sur le grand fleuve jaune. Frenchie//Richard Attenborough l'accueille avec chaleur.

 

sand-pebbles-attenborough.JPG

 

Dans la tourmente chinoise à venir, le capitaine Collins maintient la présence américaine sur le Yang-Tsé,

 

sand-pebbles-flag.JPG

 

protégeant les ressortissants américains avec ses marins.

 

sand-pebbles-rang.JPG

 

Sur le San Pablo, dans le coeur du bateau, Jack va sympathiser avec un coolie chinois, Po-Han,

 

sand-pebbles-mako-mcqueen.JPG

 

dont il fera son adjoint, malgré les réticences de l'équipage.

Alors que Shirley part dans une mission perdue, dite Lumière chinoise,  dans la montagne,

 

sand-pebbles-yang-tse.JPG

 

laissant le soldat Holman à ses machines,

 

pebbles-mc-yang.JPG

 

la vie de "garnison", à Changsa, reprend ses droits, entre "salut au drapeau" et visite au bordel !

Le Bordel, exutoire pour des marins en terre étrangère, qui viennent picoler et forniquer pour meubler leur ennui, verrue où se fixe toute l'ambiguïté entre colonisateurs et colonisés, puisque c'est ici où se fait l'apprentissage de la condition misérable des chinois ! C'est dans ce lieu de perdition que Frenchy va rencontrer Maily,

 

sand-pebbles-frenchy-maily.JPG

 

jolie entraîneuse convoitée par ce saoûlard de Stawski, joué par Simon Oakland, et dont le salut dépendra d'un combat entre le gros soudard,

 

sand-pebbles-oakland-boxe.JPG

 

et le petit coolie,

 

sand-pebbles-mcqueen-boxing.JPG

 

soutenu par Holman !

Victoire de David contre Goliath,

 

mcqueen-boxing.JPG

 

qui sauvera Maily des pattes du Butor, au plus grand bonheur de Frenchy !

 

sand-pebbles-bordel-maily.JPG

 


Holman retrouve, le temps d'un voyage retour vers Changsa, Shirley/Candice Bergen, deux drames vont se jouer. Celui de Po-Han, fidèle coolie, mais figure du traître, pour son peuple, torturé par la populace en furie, 

 

mako-torture.JPG

 

et que Jack libérera d'une balle bien placée ...

 

mcqueen-winchester.JPG

 

moment terrible pour le marin,

 

mcqueen-kill-mako.JPG

 

que ne pourra consoler la compassion de Shirley.

 

bergen-mcqueen.JPG

 

Mais la raison historique n'a que faire des histoires d'amour ...C'est ce que vont apprendre,   Frenchy et  Maily, mariée en catimini,

 

steve-mcqueen-sand.JPG

 

mais aussi Jack et Shirley,

 

bergen-eyes.JPG

 


 

qui vont, le temps d'un voeu pieux, oublier les malheurs de la guerre.

 

mcqueen-bergen-voeux.JPG

 

Car l'orage gronde, Shirley repart dans sa mission et le San Pablo est assiégé par les nationalistes chinois. Le capitaine Collins,

 

black-crenna.JPG

 

tient tant bien que mal ses hommes. Mais Frenchy ne supporte plus l'éloignement de Maily, et, une nuit, va rejoindre sa promise,

 

eternal-flame.JPG

 

mais il ne survivra pas à l'épuisement et au froid, emporté par une nuit glaciale.

 

frenchy-dead.JPG

 

Maily le suivra peu après, tuée par ses compatriotes avides de vengeance !

Assiégés par les chinois qui veulent la peau d'Holman, le capitaine Collins tient bon, 

 

mcleod-machinegun.JPG

 

malgré la mutinerie qui guette,

 

holmann-descend.JPG

 

et les hommes qui refusent d'obéir !

 

mcleod-mutinerie.JPG

 

Mais un chef de guerre ne cède pas sous la pression, que ça soit face aux chinois ou face à sa troupe !

 

crenna-mitrailleuse.JPG

 

Proche du suicide, après cette humiliation,

 

crenna-gun.JPG

 

le capitaine se consumera dans une ultime mission ...Allez chercher les missionnaires de Lumière de Chine, pour les protéger des massacres, visant les occidentaux, qui ont commencé !

 

robinson-crenna.JPG

 

Après des semaines d'oisiveté qui ont miné les nerfs de l'équipage, le canon va tonner,

 

yang-tse-war.JPG

 

et les fusils vont cracher.

 

mcqueen-machinegun.JPG

 

Le combat se finissant dans un corps à corps furieux, Jack trucidant Cho-Jen, jeune officier nationaliste rencontré peu avant, avec les missionnaires !

 

china-death.JPG

 

mcqueen-dead.JPG

 

Victoire de courte durée, puisque la nuit tombée, à la mission,

 

crenna-temple.JPG

 

Mr Jameson, furieux contre l'arrogance des soldats, ne comprenant pas que le temps des occidentaux, fussent-ils missionnaires, est terminé,

 

bergen-crenna.JPG

 

va être tué par la soldatesque chinoise, ainsi que le capitaine Collins.

 

crenna-death.JPG

 

Holman décide alors de couvrir la fuite des deux soldats qui ramèneront Shirley au bateau.

 

mcqueen-afraid.JPG

 

Seul contre la meute,

 

mcqueen-eye-rifle.JPG

 

mcqueen-china-death.JPG

 

le soldat McQueen va succomber sous le nombre,

 

jameson-china.JPG

 

 se sacrifiant pour sauver sa promise,

 

mcqueen-hurt.JPG

 

qui, sauvée, vogue vers Changsa.

 

sand-pebbles-the-end.JPG

 

Grande fresque historique à la David Lean, mêlant grande et petite histoire, cette canonnière narre la mue d'un soldat américain, qui, plein de certitudes sur la supériorité de la civilisation occidentale, emporté par le tourbillon de la guerre, se ralliera à l'humanisme idéaliste d'un Jameson , sous l'influence de Shirley, douce institutrice venue ici pour éduquer la jeunesse chinoise. Mais le missionnaire ne comprendra pas, non plus, que la Chine n'est pas soluble dans le messianisme progressiste occidental, et que les guerres d'indépendance n'ont que faire des bonnes volontés, fussent-elles désintéréssées ! Après un siècle d'humiliation, l'heure de la revanche a sonné pour le peuple chinois, emportant les hommes et leurs idées, dans un tourbillon de violence sans fin.

 Steve McQueen , simple mécanicien se perdant dans le regard de Shirley, se transformera en héros tragique, se sacrifiant pour sauver sa belle, dans une mort annoncée, allégorie désenchantée de la fin de la présence occidentale en Chine.

 

Finissons avec la triste mélodie de Jerry Goldsmith ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Drame américain
commenter cet article