Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 09:54

the-searchers-technicolor.JPG

 

La prisonnière du désert continue le cycle de la Cavalerie, qui avait déjà dénoncé le racisme contre les indiens, bien que cet opus fordien soit assez ambigu quant à la représentation de l'indien, fier guerrier capable d'humanité et sauvage intégral massacrant et scalpant !

Le début du film nous narre la vie d'une famille de pionniers,

 

wayne-duke-jordan.JPG

 

dans l'Ouest lointain, qui retrouvent l'oncle Ethan, joué par John Wayne, qui revient de la guerre de Sécession. Univers accueillant et chaleureux, les Edwards ont deux filles et un fils. Mais les Commanches sont actifs dans la zone, et The Duke va partir avec le révérend Samuel Johnson, joué par Ward Bond,

 

it-s-coffee-time.JPG

 

capitaine des Texas Rangers, à la poursuite de ces bandes d'indiens. Mais Ethan comprend vite que cette mission était un stratagème commanche pour les éloigner des fermes.

 

duke-face.JPG

 

Et en effet, alors que les hommes sont en mission, la ferme des Edwards est attaquée par les commanches, s'épuisant dans ce face à face singulier, de la jeune Debbie, jouée par la petite soeur de Nathalie Wood, Lana,

 

mary-jane-edwards.JPG

 

et le chef des indiens, joué par Henry Brando.

 

henry-brandon-commanche.JPG

 

Les cadavres de la famille sont retrouvés, sauf celui de la jeune Debbie, qui va devenir alors l'objet d'une quête sans fin, dont l'acteur principal sera son oncle Ethan, aidé par le fils adoptif de la famille, Martin Pawley, joué par Jeffrey Hunter,

 

jeffrey-hunter-searchers.JPG

 

et les hommes des fermes environnantes. Quête qui devait être courte et qui se transforme en véritable chemin de croix, dans l'Ouest sauvage, à la merci des indiens.

 

henry-brandon-indien.JPG


Ici c'est Harry Carrey Jr, un des rares acteurs encore vivants, qui manie son "gun",

 

carrey-gun.JPG

 

là c'est Jeffrey Hunter et le fantasque Hank Worden, habitué des films de Ford,


hunter-worden-gun.JPG

 

et puis il y a le Duke, qui ne donne pas sa part aux chiens !

 

rifle-duke-wayne.JPG

 

Mais voilà, la quêtre perdure, et les volontés s'usent ...Seul Ethan en fait une affaire personnelle, l'unique objectif de sa vie, retrouver sa nièce, enlevée par les commanches.

 

wayne-angry.JPG

 

Seul Martin Pawley, un métis qu'Ethan méprise un peu, poursuit la recherche, par tous les temps,

 

hunter-wayne-snow.JPG

 

renonçant à un doux foyer et à la jeune femme, Vera Miles, qui l'attend.

 

vera-miles-searchers.JPG

 

Ethan sombre de plus en plus vers une forme de folie, obsédé par cette quête sans fin,

 

wayne-duke-see.JPG

 

qu'il voit comme une sorte de rédemption, de sa vie vouée à son unique bon plaisir et à la guerre.

 

Mais la chance va passer par là, pour quelques babioles,

 

hunter-blue-lard.JPG

 

les langues peuvent se délier, et enfin, un mexicain donnera une piste sûre pour retrouver le chef commanche.

 

apero-aperitif-duke.JPG

 

Les retrouvailles avec l'indien balafré, des années plus tard, se figent dans un jeu de regards,

 

scarface-indian.JPG

 

intenses,

 

wayne-sad.JPG

 

jeffrey-hunter-horse.JPG

 

et alors que le commanche impressionne son aéropage en montrant quelques scalps,

 

wayne-jeffrey-hunter-scalp.JPG

 

la petite Debbie, désormais adulte, apparaît, sous le regard pétrifié des deux hommes.

 

nathalie-wood-searchers.JPG

 

Gardant son sang froid, Ethan ne dit rien, mais le commanche n'est pas dupe. Dans l'après-midi, Debbie, désormais indienne, vient à leur rencontre, et John Wayne, fou furieux veut tuer cette désormais squaw, qui n'a de blanche que le teint ! Mais son demi-frère, Martin, s'oppose à la furia dukienne !

 

hunter-wood-gun.JPG

 

Le chef balafré va perturber ce face à face à fratricide, obligeant les deux hommes à combattre les commanches.

 

hunter-fire.JPG

 

Mais à la fin, l'emplumé occis, l'oncle Ethan va enlever pour de bon sa  Debbie,

 

wood-wayne.JPG

 

pour la ramener parmi les hommes ...Mission accomplie !

 

wayne-alone.JPG

 

Je reste assez mitigé devant ce revisionnage. Film qui m'avait bouleversé, plus jeune, je le regarde de nouveau, avec des yeux plus avertis et force est de constater que ce type de western des années 50, plein de bons sentiments, magnifiant la famille américaine, biblique par moment, avec cette quête dans le désert, a un charme bien désuet et pâtit de la révolution léonienne, qui projettera le western dans une modernité beaucoup plus réaliste et moins bisounoursienne ! Ce côté propret du western de ces années là, avec des vêtements sortis directement du lavomatic, ces décors studios naïfs, et ces personnages archétypaux, le désintéressé John Wayne, défenseur de la veuve et de l'orphelin, contre l'emplumé de service, reste encore trop caricaturaux pour faire vrai.

Alors évidemment, il reste la chaleur et la trogne d'acteurs habitués à l'univers de Ford, comme l'étonnant Hank Worden, au physique si singulier,

 

hank-worden-hunter.JPG

 

le verbe toniturant d'un Ward Bond, ou la beauté émue d'un Jeffrey Hunter,

 

jeffrey-hunter-blue-eye.JPG

 

et il reste surtout la nostalgie d'un cinéma qui a désormais disparu, et qui aura marqué toute mon enfance !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Western américain
commenter cet article

commentaires

Platinoch 26/04/2012 18:08

Pour moi, la prisonnière n'a rien perdu de sa force.Ford signe un grand film. De plus j'apprécie beaucoup Jeffrey Hunter, second rôle à la belle gueule n'ayant jamais réussi à totalement percer...

dasola 25/01/2012 07:38

Bonjour Tietie, pas revu ce film depuis quelques années. Il est certain que des films adorés dans sa jeunesse déçoivent parfois quelques années plus tard. Cela m'arrive assez souvent.

:0014: ♥ dom ♥ 21/01/2012 08:09

Merci de ta visite.
Bon week-end.
Amitiés.

JoseeL 10/01/2012 18:25

Bonjour, merci d'être passer.