Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 18:49

The magnificent seven

 

En 1960, les Sept Mercenaires, réalisés par John Sturges, réadaptent à la sauce hollywoodienne, les Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa, sorti 6 ans plus tôt.

 

samourai-mercenaire.JPG

 

Le réalisateur est aussi producteur de son film, qui clôt une décennie des 50's qui fut riche en succès diverses et variés comme Règlements de compte à OK Corral ou Le dernier train pour Gun Hill, qui firent monter la côté de Sturges au firmament.

L'histoire des "magnifiques", commence dans dans l'Ouest profond, où un dénommé Chris, joué par Yul Brynner, aidé par un certain Vin, interprété par Steve McQueen,

 

mcqueen-brynner.JPG

 

conduit au cimetière un vieil indien, qu'une bande de cow-boy du cru refuse de voir enterré à côté des gens du bled,

 

five-men.JPG

 

sous le regard curieux de Chico, joué par l'allemand Horst Buchholz.

 

horst-buchholz.JPG

 

Pendant ce temps, dans un pueblo mexicain, l'infâme Calvera, sous les traits d'Eli Wallach, à la tête de sa bande de bandidos, rackette de manière éhonté les campesinos du coin,

 

wallach-angry.JPG

 

Les paysans, sous les conseils du Vieux du village, joué par Vladimir Sokoloff,

 

vieux-viejo-old-man.JPG

 

se décident à aller en ville, chez les gringos, pour embaucher des pistoleros sensés les protéger de la rapacité de Calvera. Les 3 caballeros mandatés pour cette mission vont donc voir Chris, tout de noir vêtu, droit comme un I.

 

campesinos-mercenary-brynner.JPG

 

Le deal ? Venir aider les villageois à se débarasser de Calvera, contre une solde misérable de 20 $ pour 6 semaines de boulot, tous frais payés !

 

chris-brynner-mercenaire.JPG

 

Chris accepte la mission, contre toute attente, pour cette somme dérisoire. Le goût de l'action et l'envie de venir en aide à ces humbles paysans sont plus forts que l'intérêt pécunier. Vin, qui traîne encore dans les parages, sans le sou, se laisse tenter par l'aventure,

 

steve-mcqueen.JPG

 

alors qu'Harry Luck, joué par Brad Dexter, un ami à Chris, rejoint le duo, persuadé que la prime modique cache quelques mines d'or dont Brynner tait l'existence !

 

brad-dexter-brynner.JPG

 

Le trio va vite être rejoint par un as du couteau, Brit, joué par James Coburn,

 

coburn-mercenaire.JPG

 

par Bernardo/Charles Bronson,

 

bronson-mercenaire-bucheron.JPG

 

et par Lee, un tireur d'élite sous les traits de Robert Vaughn.

 

robert-vaughn.JPG

 

6 pistoleros qui par goût de l'aventure et défi, acceptent le marché, bientôt rejoint par Chico, jeune cheval fou, avide d'action !

 

buchholz-ivre-drunk.JPG

 

Nos 7 magnifiques s'en vont donc dans ce lointain pueblo, fraîchement accueillis par des paysans méfiants, tous de blancs vêtus !

 

campesino paysan

 

Mais la confiance va vite s'installer entre les deux groupes, Bernardo amusant les enfants avec son pipeau,

 

bronson flute

 

Chico mimant la muleta et le torero !

 

buchholz matador toro bravo

 

Nos mercenaires vont entraîner au tir ces braves paysans,

 

mcqueen rifle magnificent

 

pour recevoir les bandidos avec du plomb. Et lorsque Calvera se ramena, il fut supris de rencontrer ces 7 échalas !

 

wallach brynner

 

Le plomb parla, et notre horde d'argousins se défila devant tant de courage ! Mais si la bataille avait été gagnée, la guerre était lon d'être finie ! Encerclé, peu soutenu par des paysans hésitants, nos 7 magnifiques furent piégés par Calvera, qui, magnanime, leur manda de partir,

 

brynner wallach magnificent

 

pour sauver leur peau ! Départ nécessaire, mais retour programmé ! Car on ne la fait pas à ces mercenaires-là,

 

bronson dexter vaughn mercenaire mercenary

 

qui humiliés par Caldera, vont s'en retourner, pour l'honneur,  combattre la "caillera" !

De ce dernier combat, Harry Luck,

 

dexter brynner

 

Lee,

 

vaughn magnificent

 

Brit et Bernardo,

 

bronson ninos

 

trépasseront ! Mais Chris aura la peau de Caldera,

 

wallach mourrant

 

libérant à jamais, le pueblo de ce fléau !

Le devoir accompli, Chris et Vin, s'en iront,

 

brynner mcqueen horse

 

laissant Chico à sa douce mexicaine !

 

magnificent seven end

 

Western devenu culte, le film souffre pourtant de tares congénitales au cinéma hollywoodien de l'époque. Un manque de réalisme criant, des clichés ayant la peau dure, et des bons sentiments fleurant bon la guimauve ! Nos 7 mercenaires, bien peu attirés par l'argent, sont surtout mus par l'honneur et l'esprit chevalresque, heureux d'aller défendre la veuve et l'orphelin, dans ce pueblo lointain, avec des paysans mexicains tous de blancs vêtus, incapables de se défendre par eux-mêmes ! Les autorités mexicaines, maries par l'expérience Vera Cruz, d'Aldrich, censé avoir donner une mauvaise image des mexicains, avaient délégué des superviseurs sur le film de Sturges, l'obligeant à vêtir les campesinos avec des tuniques immaculées, un mexicain, fut-il un péon, ne pouvant être sale ! L'anecdote est savoureuse et symbolise le manque criant de réalisme du film, avec des cow-boys impeccablement peignés, portant des vêtements sortis juste du pressing, très loin du réalisme du western italien, avec son univers crasseux et ses personnages cyniques ! Car le film manque singulièrement de noirceur, et les mercenaires sont d'une gentillesse éprouvée, avec un Charles Bronson jouant avec les enfants, et des gringos qui respectent à la lettre la virginité des habitantes du village, malgré une abstinence pesante ! Nous sommes très loins des soudards de Peckinpah dans sa Horde sauvage ! Même Eli Wallach, jouant le bandit Caldera peut nous apparaître sympathique en étant magnanime avec nos mercenaires !

Le film un peu désuet, restera surtout pour son casting exceptionnel, avec un Yul Brynner, seule star confirmé du film, juste sorti de ses rôles bibliques, qui s'imposera avec son regard intense,

 

brynner chris magnificent

 

entouré d'acteurs promis à un grand avenir, comme Steve McQueen,

 

mcqueen magnificent

 

jeune tendron ambitieux, qui aura quelques problèmes avec le divin chauve, sur ce film, ou Eli Wallach,

 

gun wallach

 

féroce chef de bande, dont on retrouvera des accents dans le Tuco du Bon, de la Brute et du truand, de Leone, quelques années plus tard !

En conclusion, le film souffre trop, aujourd'hui, de la comparaison avec le western italien, plus réaliste et moins bisounoursien, mais reste un monument du cinéma de l'époque, avec la musique lyrique d'Elmer Bernstein !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Western américain
commenter cet article

commentaires

dasola 10/02/2012 13:51

Bonjour tietie, rien que pour la musique et les acteurs, ce film est un modèle du jour, on ne s'en lasse pas. Bonne après-midi.

Figaro 07/02/2012 13:42

Il est repassé l'autre jour à la télé, c'était tentant mais je ne l'ai pas revu cette fois-ci. J'adore Yul Briner et Steve Mc Queen !
Merci pour ton passage sur mon blog, je garde un oeil sur le tiens car j'adore le cinéma !