Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 21:03

dennis-hopper-apocalypse.jpg

 

Avec le décès de Denis Hopper, c'est un peu de la génération James Dean qui s'en va ! Ce fils de l'Amérique profonde, qui a traîné ses guêtres dans son Kansas natal, s'est très vite pris de passion pour la peinture, activité singulière dans ce Middle West agricole et terrien. Un peu plus tard, en Carlifornie, l'étudiant Hopper se met au théâtre et arrive à décrocher un petit rôle dans Johnny Guitar, de Nicholas Ray, où Sterling Hayden séduisait Joan Crawford. Mais c'est dans La Fureur de vivre, de ce même Ray, que Dennis va tourner avec l'icône de toute une génération, James Dean !

 

fureur-vivre-hopper-dean.jpg

 

Film étendard du malaise d'une jeunesse américaine, Hopper retourne avec Dean dans Géant, la saga texane de George Stevens,

 

Dennis-Hopper-Giant.jpg

 

projetant le jeune américain dans les étoiles ! Mais la mort de Jimmy Dean

 

dean-giant.jpg

 

et une dispute avec le réalisateur Henry Hathaway, vont marginaliser le jeune homme du système hollywoodien, pendant une dizaine d'années. De navets incertains en seconds rôles improbables, c'est Easy Rider, film à petit budget, s'inspirant ouvertement du Fanfaron de Dino Risi, manifeste de contre-culture américaine, prenant le contre-pied du cinéma des grands studios, qui relancera la carrière de Hopper.

 

hopper-easy-rider-pirate.jpg

 

La même année, ça n'empêche pas Dennis de faire une pige avec John Wayne, dans 100 $ pour un shérif, western classique où il retrouve Hathaway.

 

hopper-true-grit-wayne-duke.jpg

 

Curieux parcours que celui de Dennis, entre héraut de la contre-culture américaine, avec Peter Fonda et Nicholson et faire valoir du Duke, chantre du conservatisme républicain, et réalisateur du contesté Bérets Verts, film justifiant l'intervention américaine au Viet-Nam.

 

hopper-hollywood.jpg

 

 Inexplicablement, Hopper n'exploitera pas le succès d'Easy Rider, l'homme est bien trop incontrôlable pour se plier aux rigueurs du système, et faute de films à sa démesure, il continuera ses soirées alcoolisées shootées au LSD ! 

C'est en Allemagne qu'il rebondira, en étant l'ami américain de Wim Wenders, en 1977,

 

wenders-4-l-ami-americain-avec-dennis-hopper_427.jpg

 

en retrouvant le réalisateur de ses débuts, Nicholas Ray ...la boucle est bouclée !

Fin des seventies et quarantaine hiératique, qui le projette dans l'Apocalypse vietnamienne de Coppola, photographe camé des hallucinations du colonel Kurtz,

 

dennis-hopper-apocalypse-now.jpg

 

 

joué par un Brando débonzé !

 

brando-kurtz-mosquito.jpg

 

Il retrouvera Coppola, 4 ans plus tard, dans Rusty James et passera un week-end chez Sam Peckinpah, en quinqua speedé à la cocaïne !

Mais c'est le psychopathe oedipien de Blue Velvet qui le projettera dans le paradigme du super-méchant déjanté, marque déposée qu'il exploitera dans le nouvel Hollywood !

 

hopper blue velvet

 

Du tueur dans Red Rock West,

 

hopper-red-rock-west.jpg

 

au diacre fêlé de Waterworld,

 

waterworld-hopper-jack-daniels.jpg

 

en passant par le "serial bomber" de Speed,

 

hopper-speed.jpg

 

Hopper nous offrira quelques interprétations géniales d'hystériques ramollos du cerveau !

Mais comme à son habitude, Dennis ne va pas capitaliser sa notoriété nouvelle, et va plutôt courrir le cachet dans des navets improbables. C'est à Palerme, en 2008, qu'il aura un dernier rendez-vous avec Wim Wenders, l'ami allemand,

 

hooper-palerme-wenders.jpg

 

pour nous rappeler qu'Hopper, l'américain, le pote à Jimmy Dean, le héraut de la contre-culture américaine qui carburait à la Marie-Jeanne, le rebelle aux grands studios, eut un itinéraire chaotique, de son Kansas natal à la cité sicilienne !

Que ton dernier ride te soit agréable, Dennis !

Testez vos connaissances sur la carrière de Hopper, en répondant à ce QUIZZ.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tietie007 - dans Personnalité
commenter cet article

commentaires

MrLeroux 17/06/2010 13:01


Un homme hors normes... Un grand parmi les grands !


only photos 13/06/2010 19:51


Je l'aime beaucoup! C'était un anarchiste de droite, Hopper. Anar et réac à la fois. Je le suis également et je me reconnais en lui, sans son talent bien sur ;-)


Cyril 02/06/2010 10:28


Je n'avais pas encore fais le rapprochement entre 'Le Fanfaron' et 'Easy Rader' et pourtant, maintenant que je le sais, il m'apparaît évident ! :)
Bravo et merci pour l'éclairage cinématographique proposé sur ce blog, je le trouve passionnant !


gaby23cinema 02/06/2010 10:28


Excellent article sur Denis Hopper, je te remercie pour ton hommage "irrespectueux" le montrant tel qu'il était dans la vraie vie, bien documenté, écrit avec aisance, merci.
Sincèrement.
Gaby